Aller au contenu principal

Evénement
Rendez-vous du 5 au 8 octobre à la Grande Halle d’Auvergne

L’accès au Sommet de l’Elevage avec pass sanitaire mais peut-être sans masque.

L’édition 2021 sera marquée par le Concours National Aubrac.

A l’issue d’une réunion en préfecture organisée mardi dernier, les organisateurs du Sommet ont confirmé que l’accès au salon du 5 au 8 octobre se fera bien avec le pass sanitaire tandis que l’obligation du port du masque pourra être levée. Tout dépendra du taux d’incidence du Covid constaté début octobre.
La trentième édition du Sommet de l’Elevage aura bien lieu. C’est désormais une certitude. Alors qu’éleveurs, organisateurs, et acteurs du monde agricole, qui gravitent autour de l’événement, poussent un grand ouf de soulagement, il s’agit désormais de se projeter dans le comment. Mardi dernier, le président du sommet, Jacques Chazalet et son commissaire général, Fabrice Berthon, accompagnés de leur équipe, ont été reçus en préfecture pour connaître les modalités sanitaires d’organisation. Verdict : Le pass sanitaire s’appliquera à tous les visiteurs et les exposants, c’est-à-dire qu’il faudra soit justifier d’un schéma vaccinal complet datant d’au moins 15 jours, soit présenter un test négatif de moins de 72 heures ou prouver que l’on est guéri du Covid depuis plus de 15 jours et moins de six mois. " Les exposants et les éleveurs ont tout intérêt à disposer d’un schéma vaccinal complet pour éviter de multiplier les tests ", insiste Jacques Chazalet. Pour le port du masque, il faudra attendre début octobre pour savoir s’il sera obligatoire ou non. Si le taux d’incidence est inférieur à 200 cas par jour, visiteurs, éleveurs, exposants pourront profiter du sommet démasqués. Actuellement, le taux d’incidence dans le Puy-de-Dôme est de 75.

Une belle édition en perspective

Si l’exigence du pass sanitaire va nécessiter un renforcement des équipes de contrôle aux entrées, les organisateurs sont résolus à faire de cette trentième édition, celle du renouveau et du plaisir de se retrouver avec en prime un jour supplémentaire : le mardi, et une seconde halle d’exposition flambant neuve.
Côté exposants, le salon fait le plein avec désormais un taux de commercialisation de 95% qui pourrait encore progresser à l’approche de l’événement.
Côté animations, le public ne sera pas en reste avec au menu des concours et présentations animales d’envergure : concours nationaux aubrac, simmental et rava, interrégional montbéliarde, des pôle " énergies renouvelables " et " transformation à la ferme " renforcés, une cinquantaine de conférences au cœur de l’actualité agricole…

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole