Aller au contenu principal
Font Size

Regarder son bâtiment autrement pour améliorer la santé des vaches laitière

Une trentaine d’éleveur a participé à la journée proposée par la FDPL du Puy-de-Dôme sur l’aménagement des bâtiments pour le confort des animaux et de l’éleveur.

Mise en pratique des principes développés en salle sur l’exploitation de Richard Poux.

Invité par la FDPL, Philippe Deru, éleveur en Haute-Marne et expert en confort animal a proposé aux éleveurs d’appréhender les boiteries, infertilité et autres soucis sanitaires des vaches laitières en cherchant l’origine du problème dans l’aménagement du bâtiment. A partir d’exemples parlants et concrets, tirés de son expérience en gestion de grands troupeaux, il a illustré les difficultés rencontrées par les vaches (glissades, chocs…) et surtout leurs effets sur l’état sanitaire du troupeau.

 

Des points critiques

Partant de l’activité naturelle d’une vache laitière en bonne santé sur une journée :

- 10 à 12 h couchée à ruminer,

- 7 à 8 h à manger ou boire,

il est apparu comme essentiel de s’assurer du confort du lieu de couchage qui doit être d’un accès facile, dont le sol doit être suffisamment souple pour éviter les chocs lors du couchage (environ 10 fois par jour) et adapté au gabarit de la vache. Une attention toute particulière doit donc être portée sur le réglage des logettes, le cas échéant.

De même, l’accès à l’alimentation doit être pensé pour la vache. Si l’accès est délicat, la vache risque de ne pas s’alimenter correctement ce qui peut entrainer à moyen ou long terme des problèmes métaboliques, de reproduction et donc de production. Par exemple la table d’alimentation doit être positionnée 15 à 20 cm au-dessus du sol.

Le bâtiment idéal n’existe pas

Un bâtiment doit être conçu en fonction des objectifs de l’éleveur, en imaginant dès le départ qu’il sera amené à évoluer dans le temps : agrandissement, aire paillée aux logettes… L’optimisation des unités de main d’œuvre est un enjeu majeur. Les échanges sur la gestion des grands troupeaux laitiers a apporté des pistes de réflexion (gestion en lots, ration…) qu’il pourrait être utile de tenir compte dès à présent dans la conception des bâtiments.

Anticiper, quand c’est possible, peut permettre de limiter le coût des aménagements ultérieurs. Ainsi une fosse surdimensionnée dans un premier temps évite d’en construire une deuxième quand le cheptel augmente. Par ailleurs des aménagements intérieurs facilement démontables sont à privilégier (bois plutôt que béton…).

D’un point de vue animal, la qualité d’un bâtiment dépend de l’analyse des points critiques : couchage, espace d’alimentation, points d’eau… et de la mise en œuvre de solutions au cas par cas. L’observation et la surveillance des animaux dans le bâtiment sont donc essentielles pour améliorer le bâtiment.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Apprentissage, alternance, aide à l’embauche : le gouvernement incite les entreprises à employer des jeunes.
Apprentissage et emploi : des aides à l’embauche
Présenté en juin par le gouvernement, le plan « 1 jeune 1 solution » entend favoriser l’emploi des jeunes par l’intermédiaire de…
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole