Aller au contenu principal

Autonomie fourragère
Rallye luzerne : Rendez-vous les 6, 7 et 10 juillet 2006

Après la région Dore Bois Noirs le 6 juillet, le Livradois Forez vous donne rendez-vous les 7 et 10 juillet prochains pour des visites chez des agriculteurs qui cultivent la luzerne depuis plusieurs années. L’objectif est d’échanger sur leurs pratiques et les moyens mis en œuvre pour réussir et valoriser la culture de la luzerne.

Pour Serge ROIRON (Gaec ROIRON) : « Même si la première coupe est un peu inférieure, on se rattrape largement sur la deuxième et la troisième coupe qui sont ramassées en enrubannage pour conserver un maximum de feuilles »
Les atouts de la luzerne

D’une pérennité de 3 à 5 ans, la luzerne résiste plutôt mieux que les autre espèces fourragères à la sécheresse grâce à un système racinaire pivotant. Elle continue de pousser en été même si les températures sont élevées.  Associée avec du dactyle, de la fétuque ou du brôme, elle permet de réduire de moitié les besoins en fertilisation azotée pour un même rendement que la graminée cultivée en pur. Mais c’est surtout par sa richesse en protéines et sa fibrosité que la luzerne trouve tout son intérêt : c’est un très bon complément des rations riches en énergie telles que celles à base de maïs ensilage.

Les limites de la luzerne

Très sensible à l’excès d’eau, la luzerne demande des sols sains, suffisamment profonds pour valoriser son enracinement et avec un pH minimum de 5,6 (idéal autour de 6). En effet, avec un chaulage régulier, une bonne fumure de fond en P et K (notamment avec des apports importants de fumier ou compost à l’implantation) et une bonne inoculation, il est tout à fait possible de cultiver de la luzerne en sol acide. Son exploitation constitue aussi parfois un frein : au printemps l’ensilage est délicat car c’est un fourrage pauvre en sucres avec un pouvoir tampon élevé. Seul un bon ressuyage et l’emploi de conservateur permettent d’assurer un bon résultat. Enfin, la luzerne reste un fourrage délicat à pâturer. Sa destination principale reste donc la constitution de stocks.
 


TEMOIGNAGE

Serge ROIRON (Gaec ROIRON) : « Une production intéressante qui résiste à la sécheresse »

Pour Serge ROIRON, agriculteur à Saint-Just au sein du Gaec ROIRON, « la luzerne c’est une production intéressante qui résiste à la sécheresse ». Cela fait près de 15 ans que Serge cultive de la luzerne en association avec du dactyle sur son exploitation située au cœur du Forez, entre 800 et 1000 mètres d’altitude. Pour Serge, le secret de la réussite c’est une bonne implantation, « les semis sont faits au mois d’Août, après céréale, avec un bon chaulage et un apport massif de fumier à l’implantation pour soigner la fumure de fond. A cette altitude, la première coupe, ramassée en ensilage est toujours un peu inférieure aux autres prairies. Mais on se rattrape largement sur la deuxième et la troisième coupe qu’on récolte en enrubannage pour conserver un maximum de feuilles ». Avec une dizaine d’hectares en dactyle-luzerne, Serge sécurise un minimum de stocks fourragers en été. Rendez-vous les 7 et 10 juillet en Livradois Forez (voir programme détaillé ci-joint).

Venez échanger avec des éleveurs qui cultivent la luzerne depuis plusieurs années dans votre région,

Comment implanter la luzerne, seule, en association ?
Comment la conduire, quel rendement ?
Comment la récolter ?
Quel intérêt pour les animaux ?

 Jeudi 6 Juillet 2006
A 10 h 00 : Gaec de la Goutelle - JC Dassaud – La Goutelle - LIM0NS
A 14 h 00 : Gaec de Montaneix - M Garmis – Montaneix - CREVANT LAVEINE

 Vendredi 7 Juillet 2006
A 10 h 00 : Gaec du Puy Rayat – MM Chouvy – Le Montel - MANGLIEU
A 14 h 00 : Gaec Moissaing Moranne – Le Bourg - CHAMEANE

 Lundi 10 Juillet 2006
A 10 h 00 : Gaec Roiron – Vareilles – SAINT JUST
A 14 h 00 : Gabriel Chautard – Croches – ARLANC

Sur chaque site, un technicien spécialisé vous apportera des conseils sur les conditions de réussite de cette culture.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole