Aller au contenu principal

Limagne
Quelles cultures après la betterave ?

Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à la fois un intérêt agronomique et économique.

Betteraves

Le 8 septembre 2020, alors que la procédure judicaire liée à la fermeture de de la sucrerie de Bourdon était sur le point de se clôturer, les betteraviers des Limagnes décidaient d'aller de l'avant et de poursuivre l'activité de leur syndicat au service des ex-planteurs. Dans cette optique, ils optaient alors pour le changement d’objet de leur syndicat CGB des Limagnes devenu Syndicat Nouvelle Limagne (SNL). Derrière cette nouvelle dénomination, la structure se donne un rôle d’aiguillon dans la recherche et le développement de productions et de solutions économiques alternatives à la betterave, en lien avec des partenaires locaux. "Nous devons penser à l'avenir " indiquait le 8 septembre le président du SNL, Régis Chaucheprat. Depuis, une centaine d’ex-betteraviers a rejoint les rangs du Syndicat Nouvelle Limagne.

" On avance pas à pas "

Divers organismes et structures étudient actuellement de nouvelles cultures adaptées à la Limagne. Certains comme Limagrain, ont déjà avancé sur la production de protéines végétales destinées à l’alimentation humaine. Des start’up travaillent aussi sur des solutions. " Nous sommes en contact avec différents opérateurs de la région ; nous suivons leurs recherches et leurs expérimentations, explique Régis Chaucheprat. L’enjeu est d’avoir des cultures qui, d’une part, s’acclimatent à nos terres et, d’autre part, ont un débouché et un potentiel de commercialisation. Les questions auxquelles nous tentons de répondre au syndicat sont :  quelles productions peuvent être les plus intéressantes pour notre région par rapport à la nature de nos sols, l’évolution climatique, les débouchés et pour quelle valorisation ? Rien n’est abouti aujourd’hui, nous avançons pas à pas avec nos partenaires. "

L’enjeu crucial de l’irrigation

L’objectif du syndicat n’est pas de remplacer les 5 000 hectares de betteraves par une seule et même culture mais par plusieurs productions nouvelles ou déjà existantes. Individuellement, des agriculteurs de Limagne ont déjà franchi le pas et se sont lancés dans des cultures légumières ou de plantes aromatiques. " Les grandes cultures n’étant pus aussi rémunératrices nombre de producteurs vont vers la diversification et les marchés de niche en réponse aux attentes des consommateurs " précise Régis Chaucheprat. Mais pour le président du SNL la mise en place de nouvelles cultures et de filières dépendra aussi des capacités à irriguer de chacun. " L'irrigation est un préalable au développement de la Limagne. Elle seule permettra d'assurer et de pérenniser les productions. "

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole