Aller au contenu principal

sécheresse
Quel impact sur les rendements ?

Alors que le manque d’eau affecte une bonne partie du pays, Arvalis Institut du végétal explique quels paramètres peuvent encore jouer sur le rendement.

Cette année, ce qui est remarquable et pénalisant, c'est la faiblesse des précipitations depuis le 1er mars qui s'ajoute, par endroits, à un mois de février déjà sec.

Jean-Charles Deswarte d'Arvalis-Institut du végétal dans la lettre Arvalis-infos publiée fin avril rappelle que « le manque d'eau courant montaison n'est pas une surprise en soi : dans de nombreuses régions, les mois de mars et surtout avril sont fréquemment plus secs que le mois de mai ». En revanche, selon lui, ce qui est remarquable et pénalisant, c'est la faiblesse des précipitations depuis le 1er mars qui s'ajoute par endroits à un mois de février déjà sec. « C'est un déséquilibre de 50 à 100 mm du critère P-Etp (précipitations P et évapotranspiration potentielle Etp) qui touche la France depuis le 1er janvier : le Sud-Est est plutôt plus arrosé que d'habitude tandis qu'il fait vraiment plus sec (moins de pluie, plus d'Etp) au-dessus d'une diagonale Biarritz-Besançon ».

 

Les cultures entrent en stress hydrique

Il alerte alors sur le fait que « même les cultures en sols profonds (RU = 200 mm) vont entrer en situation de stress hydrique compte-tenu de l'absence de pluies significatives prévues dans les prochains jours. Pour les sols superficiels, les déficits hydriques dépasseront 40 mm en courant de semaine en l'absence de pluies significatives, seuil souvent considéré comme pénalisant sur la phase pré-floraison. La période du cycle des céréales la plus sensible au stress hydrique va du gonflement à 20 jours après floraison», rappelle Jean-Charles Deswarte. Ainsi, un déficit hydrique courant montaison peut ne pas porter préjudice au rendement, sous réserve que :

- le stress hydrique soit complètement levé à partir du gonflement ;

- les composantes précoces du rendement (densité d'épi, fertilité d'épi) ne soient pas devenues limitantes (possibilité de récupération sur les composantes de rendement mises en place ultérieurement) ;

- il n'y ait pas eu de carence azotée simultanée.

Jean-Charles Deswarte s'appuie sur l'analyse d'essais irrigation menés sur des sables profonds à Pusignan, près de Lyon. Les récoltes 2007 et 2009 ont été l'une et l'autre marquées par un déficit hydrique précoce (similaire à celui en cours), levé par le retour des pluies en 2007, et prolongé par une période sèche en 2009. « Par rapport à une modalité bien irriguée (proche de l'Etm), les pertes de rendements du témoin non irrigué varient de moins de 5 % (2007) à 50 % (2009), selon le retour ou non de la pluie à partir de l'épiaison. »

Le point sur la situation en Auvergne


A l’instar de nombreuses régions françaises, l’Auvergne n’a pas été suffisamment arrosée ces derniers mois. Selon les zones, les déficits hydriques sont d’une plus ou moins grande ampleur. Globalement, Jean-Luc Vialles d’Arvalis Auvergne, contacté en milieu de semaine dernière, constate que les parcelles sont en souffrance, avec des blés très courts, par endroits décolorés. Mais difficile pour le moment d’évaluer l’ampleur des dégâts, « il nous faut attendre que les épis soient sortis pour commencer à compter ». Le niveau de pénalités potentielles est à corréler au type de sols.

Les sols superficiels, au sud de Clermont, sur les coteaux nord et sur le Val d’Allier sont en déficits hydriques depuis la fin du mois de mars, tandis que les sols plus profonds, les terres noires de Limagne, souffrent d’un manque d’eau depuis le 10-15 avril. Autre paramètre à prendre en compte, l’implantation des cultures. L’automne relativement pluvieux a par endroit rendu les conditions de semis difficile. « Un enracinement plus faible du blé peut limiter la capacité de la plante à aller chercher de l’eau en profondeur », poursuit Jean-Luc Vialles. « Dans les sols où le blé est bien implanté, la capacité de récupération peut exister, si tel n’est pas le cas, ce sera plus difficile. Mais, il est important de recroiser tous ces éléments avec les capacités des agriculteurs à irriguer leur parcelle ». Pour lui, il est encore temps de relativiser : « l’an dernier, fin avril début mai, nous avions déjà connu un déficit hydrique très important suite à un hiver très sec. Le nombre d’épis était certes moyen mais les conditions de remplissage favorable ont conduit à des rendements dans la moyenne de ces dernières années ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole