Aller au contenu principal

À quand une vraie gestion de l’eau ?

Suite à la réunion du Comité de suivi hydrologique, la préfecture du Puy-de-Dôme a promulgué le 10 août dernier un arrêté de restriction d'usage de l'eau pour tout le département. Une décision « justifiée par cinq jours consécutifs en-dessous du "seuil d'objectif d'étiage" pour la Dore, la Sioule et le Cher » a argumenté Béatrice Steffan, secrétaire générale de la préfecture. Entre autres mesures, l’arrêté prévoit l’interdiction des prélèvements en milieu naturel de 10 heures à 18 heures, y compris pour la réalimentation des plans d'eau et l'irrigation sur les bassins de la Dore, de la Sioule et du Cher. (Sur l'Eau Mère les débits sont très bas et les prélèvements sont également interdits).


Une décision qui impacte directement les agriculteurs des communes situées sur ces bassins « et chaque année c’est le même scénario qui se répète » regrette amèrement Bertrand Nicolas. Pour le président de l’Adira, la solution ne réside pas dans l’énoncé de restrictions mais dans la mise en place d’une gestion de l’eau en amont. « En comité de suivi nous constatons que les zones impactées sont des zones qui ne sont pas réalimentées par les barrages. Ce dont nous avons besoin c’est stocker l’eau qui tombe en abondance l’hiver et créer des retenues ». Aujourd’hui dans le Puy-de-Dôme 30 millions de m3 d’eau sont utilisés pour l’irrigation :  20 millions proviennent du barrage de Naussac, dont le taux de remplissage est actuellement à 90%, 5 millions de m3 proviennent du Sep et 5 autres millions des cours d’eau non réalimentés et de l’ASA Limagne Noire. « Mais pour conforter l’agriculture et les filières départementales nous avons besoin de 15 millions de m3 d’eau supplémentaires ; 15 millions qui pourraient être stockés via la création de retenues sur des sites appropriés » explique Bertrand Nicolas. Une solution qui paraît évidente mais qui se heurte aux verrous administratifs des Sdage(1) et Sage(2) Loire Bretagne. «Seule une volonté politique pourrait débloquer ces contraintes administratives et stopper ces décisions de non-sens imposées aux agriculteurs. D’un côté on nous oblige en effet à faire lever des cultures intermédiaires et de l’autre on nous empêche d’irriguer et de mettre en place des solutions pérennes de gestion de l’eau ; c’est totalement aberrant ! »


Par courrier en date du 10 août, La FNSEA63 et les JA63 ont demandé au Préfet de déroger à l’implantation des SIE et des CIPAN en zone vulnérable.


C.Rolle


(1) Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux
(2) Schéma d’aménagement et de gestion des eaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole