Aller au contenu principal

Quand abeilles et tournesols font bon ménage !

Les producteurs de semences de tournesols font installer, chaque année, des ruches aux abords de leurs parcelles.

Des ruches au milieu des tournesols, un partenariat gagnant-gagnant pour Stéphane Chevarier.

Sur les parcelles de tournesols semences de Stéphane Chevarier, à Chappes, il ne faut pas s’étonner de trouver des ruches. L’agriculteur s’associe, chaque année, avec un apiculteur de Chambon sur Lac pour installer des abeilles à côtés de ses cinq hectares de tournesols semence. La raison est simple : les abeilles pollinisent les tournesols.

La présence des abeilles est un facteur déterminant pour les productions d’oléagineux et plus particulièrement pour la multiplication des semences d’hybrides.

Les plantes femelles étant stériles, les insectes pollinisateurs sont indispensables au transfert de pollen, des plantes mâles vers les tournesols femelles. La qualité et la quantité des graines produites en dépendent. Ces graines, une fois récoltées par les agriculteurs, servent l’année d’après à la production de tournesols de consommation. «Nous sommes la dernière étape avant la mise en production, nous avons donc intérêt à réussir notre culture», commente Stéphane Chevarier, qui produit des tournesols semences depuis 2011 maintenant.

Il faut compter sur deux ruches par hectares

À Chappes, les abeilles sont arrivées le 15 juillet, au moment où les tournesols ont commencé à fleurir. Elles restent en général deux à trois semaines, le temps de polliniser l’ensemble des tournesols femelles jusqu’au cœur. Il faut mettre deux ruches par hectare ce qui fait environ 100 000 abeilles qui butinent.

Le contrat entre l’agriculteur et l’apiculteur est clair : les abeilles pollinisent les tournesols, l’apiculteur récolte un peu de miel et renforce ses essaims et reçoit également une contrepartie financière. De plus l’agriculteur met en place des itinéraires techni-ques respectueux de ces insectes pollinisateurs.

Pour Baptiste Arnaud, président des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme cette initiative prouve qu’apiculteurs et agriculteurs peuvent faire bon ménage. « Il n’y a aucun souci de mortalité

d’abeilles même lorsque ces dernières sont à côté du champ de tournesols ». Stéphane Chevarier relance même : «L’entente entre apiculteurs et agriculteurs est bonne».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
La nouvelle programmation FEADER 2023-2027 en Auvergne Rhône-Alpes met l'accent sur l'installation et les investissements agricoles.
La Région assoit son soutien à l'agriculture
Les services de la région Auvergne Rhône-Alpes ont présenté le nouveau programme FEADER 2023-2027 à l’occasion d’une rencontre…
Julien Villedieu, Éric Villedieu et Jean-François Geille se tenant devant leur bâtiment récemment agrandi.
Robots de traite en circulation libre et maintien du pâturage
Mardi 8 novembre, des portes ouvertes bâtiment étaient organisées par l’EDE 63 au Gaec du Puy de Boucaud à Heume-l’Église,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole