Aller au contenu principal

Puy-de-Dôme : plus de 400 agriculteurs ont dit « ça suffit ! »

Le 5 novembre, dans les sous-Préfectures d’Issoire, Ambert, Thiers et chez un exploitant agricole d’Aigueperse, les agriculteurs du département ont répondu présents à l’appel de la Fnsea.

A Ambert comme partout en France, les agriculteurs se sont mobilisés pour défendre leur métier.

Préfet Michel Fuzeau et à ses représentants car les raisons d’être en colère ne manquent pas et elles ne datent pas d’hier ! Ce n’est pas faute d’alerter le gouvernement et les responsables politiques depuis des mois. Au-delà de la crise au sens large qui touche notre pays, c’est une crise multifactorielle qui asphyxie le secteur agricole. Les exploitations souffrent économiquement, toutes productions confondues, et à cela s’ajoutent les lourdeurs administratives qui n’en finissent plus de peser au quotidien. Comme si cela ne suffisait pas, les contraintes environnementales de tous ordres et les sanctions qui s’y rapportent s’accentuent.

 

Stop !

Alors le 5 novembre les agriculteurs ont dit «stop !». Assez des discours, il faut des actes ! Huit revendications et les propositions concrètes qui y sont attachées ont été transmises aux représentants de l’état sur les quatre sites du département.

1. Réparation économique par l’UE, des conséquences de l’embargo sur d’autres fonds que ceux de la PAC.

2. Deux plats sur trois d’origine française dans la restauration hors foyer. Les grandes et moyennes surfaces (GMS) doivent privilégier la mise en avant des produits français.

3. Refus de toute hausse de taxes.

4. Abandonner l’application du Compte pénibilité à l’agriculture.

5. Accompagner les trésoreries des exploitations (cotisations sociales, couverture assurantielle, défiscalisation).

6.. Non au blocage des dossiers installation à partir du 1er janvier 2015.

7. 2015 : une année blanche sur les contrôles verdissement/PAC.

8. Non au zonage Directives Nitrates tel qu’il est annoncé, du bon sens et des résultats en matière environnementale.

Des agriculteurs du Puy-de-Dôme ont marqué leur passage : cortèges de tracteurs, feux de palettes, tas de buissons et de compost, paillage et distribution de tracts «Mangez français» à la population.

 

Quand les agriculteurs se mobilisent, les résultats suivent

L’annonce même de cette mobilisation générale avait permis de faire avancer certaines revendications : mise en place de mesures de dégagement en production laitière suite à l’embargo russe, fin du péage transit, maintien du remboursement de la TICPE… L’effet produit par la suite ne s’est pas fait attendre : rédaction d’un guide pour promouvoir l’origine France dans les marchés publics de restauration collective, évolution à la baisse du zonage lié à la Directive nitrate, exigences particulières dans les relations commerciales avec les GMS (possibilité de sanctions), révision du compte pénibilité inapplicable en l’état… Ce n’est qu’une étape, il faut que cela continue et vite. La profession reste vigilante et mobilisée.

 

Qu’est-ce qu’un agriculteur aujourd’hui ?

 

Selon Philippe Roy, secrétaire général adjoint de l’Udsea, c’est une profession en voie de disparition. Montrés du doigt, sans cesse attaqués sur leur façon de faire, remis en cause dans leurs pratiques et servant de bouc émissaire à tout va, les agriculteurs n’en peuvent plus. Il est temps de remettre les pendules à l’heure et les choses à leur place. Il est temps de faire stopper les excès de zèle de l’administration qui établit des normes dans des bureaux climatisés sans aucun lien avec le terrain. Il est temps de laisser les producteurs nourrir le monde car c’est leur métier et ils savent le faire dans le respect de la terre et des Hommes qui la peuplent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole