Aller au contenu principal

Pulvérisateurs : un élargissement du contrôle obligatoire

Les contrôles des pulvérisateurs ont été récemment durcis par un arrêté du 6 juin 2016 : ils sont désormais applicables à tous les appareils.

Tous les appareils de pulvé sont désormais soumis au contrôle.

En application de la Directive 2009/128/CE sur l’utilisation durable des pesticides, la France a depuis le 1er janvier 2009 mis en place un contrôle des appareils d’application des pesticides destinés à un usage professionnel. L’inspection concernait alors tous les appareils à rampe de plus de 3 mètres ainsi que les appareils traitant les arbres ou les arbustes, y compris les vignes.

Jusqu’alors, tous les autres pulvérisateurs n’étaient soumis à aucun contrôle. Afin de se mettre en conformité avec les termes de la Directive européenne, un arrêté du 6 juin 2016 publié au JORF le 21 juin der-nier est venu élargir et densifier le champ d’application de ces contrôles.

Un contrôle applicable à tous les matériels

L’arrêté de juin 2016 a élargi la liste des matériels soumis à contrôle de manière à ce que tous les appareils soient désormais concernés. L’une des principales évolutions concerne les pulvérisateurs à rampe et similaires, désormais définis comme « les pulvérisateurs automoteurs ou portés ou traînés, qui distribuent les liquides sur un plan horizontal au moyen d’une ou de plusieurs sections de rampe(s), chacune étant équipée d’une ou plusieurs buses, ou groupes de buses, régulièrement espacés ». La taille minimale de 3 mètres est supprimée par cette nouvelle définition qui introduit la notion de « groupe de buses », élargissant ainsi le contrôle obligatoire à des matériels de désherbage utilisés dans les vignobles ou les vergers.

Ce nouveau texte ajoute une catégorie de pulvérisateurs combinés, qui sont « installés en totalité ou partiellement sur une autre machine non motrice, distribuant les liquides au moyen de buses », ce qui permet de contrôler des équipements de pulvérisation installés sur des semoirs, des planteuses ou des bineuses. Est également mise en place une catégorie d’appareils fixes ou semi mobiles, « constitués d’un sous ensemble cuve/pompe généralement immobile durant l’application et d’une unité d’application le plus souvent non solidaire de ce sous ensemble. Cette unité peut être mobile ou non, et alimenter une ou plusieurs sorties de liquides». Cette catégorie recouvre une large diversité de matériels, tels qu’une lance de pulvérisation ou encore des installations sous serre.

Une modification du contenu du contrôle

La liste des points de contrôle a été enrichie par l’arrêté de 2016 grâce aux résultats apportés par les premières années d’expérience et au contenu des normes ISO 16122 relatives au contrôle des pulvérisateurs. L’avantage apporté par la prise en considération de ces normes est une reconnaissance des contrôles effectués en France au sein de l’Union Européenne, ce qui facilitera les travaux transfrontaliers ou les ventes de matériel d’occasion. Dans la plupart des cas, ces nouvelles inspections ne conduiront pas à des remises en état obligatoires mais plutôt à des remarques adressées aux propriétaires. Dorénavant, 73 à 83 points de contrôle, tels que l’examen du dispositif de rinçage ou de signalisation routière pour les pulvérisateurs circulant sur la route, permettront de relever de 203 à 238 défauts.

Contrôle des pulvés : à qui s’adresser ?

 

La Sarl SERV’AGRI ARVERNES (S2A) assure les contrôles des pulvérisateurs et la vérification périodique des appareils de levage.

Contact : Charles Henri Layat, 04.73.44.45.17 / 06.01.20.52.72

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole