Aller au contenu principal

Prévention
Processionnaire du pin : c’est la chenille qui redémarre

Depuis la mi-février, les chenilles processionnaires du pin quittent leur nid pour s'enterrer.

Depuis mi février, à chaque période chaude et ensoleillée, les chenilles processionnaires du pin descendent des arbres. Il peut s’agir de pins, mais aussi de cèdres dans lesquels la présence des chenilles est trahie par des cocons communautaires blancs et soyeux. Les chenilles vont jusqu’au sol en « train » de plusieurs dizaines d’individus pour s’enterrer puis se nymphoser. Ce comportement n’est pas anormal même s’il se produit un peu plus tôt que d’habitude en cette fin d’hiver exceptionnellement doux.

 

Attention ! Ces chenilles sont extrêmement urticantes ! Ce sont leurs poils perdus lors du déplacement (surtout quand elles sont dérangées) qui sont responsables des problèmes de santé. Les publics les plus fragiles (enfants, personnes allergiques, mais aussi animaux domestiques) doivent être tenus à l’écart des arbres portant des nids de chenilles et des chenilles en procession.

Le contact avec les soies urticantes des chenilles peut provoquer des réactions allergiques simples (oculaires, cutanées, respiratoires) ou graves (choc anaphylactique) chez l’homme et les animaux. Dans tous les cas il est recommandé de consulter un médecin ou un vétérinaire !

Pour éviter tout désagrément lors d’activités à proximité de foyers de chenilles processionnaires du pin, il est conseillé de les réaliser avec un matériel de protection :

- Lunettes de protection.

- Masque respiratoire de protection anti-poussières.

- Combinaison et gants de protection (jetables de préférence).

Sans protection, ne manipulez pas les nids, ne touchez pas aux chenilles ou aux végétaux ayant été en contact avec les chenilles.

Il est maintenant trop tard pour intervenir !

Pour se prémunir, il faudra lutter à l’automne et avant la descente des chenilles, par :

- Echenillage : Couper et éliminer les cocons à la fin de l’automne (avec les précautions mentionnées, ci-contre, les cocons contiennent de nombreux poils de chenilles).

- Piégeage : Capture des chenilles dans des dispositifs de piégeage autour des troncs des pins à poser dès le mois de décembre (Eco-piège). Nécessite un piège par arbre.

Pour suivre le développement des chenilles processionnaires du pin, vous pouvez consulter régulièrement les BSV concernant les Zones Non Agricoles (Bulletin de Santé du Végétal) édités par la Fredon Auvergne, sur les sites de la Fredon Auvergne, Chambre Régionale d’agriculture et Draaf Auvergne.

 

Pour tous renseignements complémentaires, vous pouvez contacter le réseau Fredon/Fdgdon au 04.73.42.14.63.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole