Aller au contenu principal

Filière lait
Prix du lait 2010 : un mieux sans euphorie

Thierry Boulleau, ingénieur à la Copamac-Sidam, explique les ressorts de la fixation du prix du lait et livre quelques pistes d’analyse.

Pour établir les prix pour 2010, il a été convenu de procéder à un rééquilibrage.

La grille du prix de base du lait pour l'année 2010 a été « réécrite ». Qu'est ce que cela signifie concrètement pour les producteurs ?

Une  grille 2009 déséquilibrée par la crise

Il faut se souvenir que pour fixer le prix du lait payé au cours de l'année, on prend le prix payé l'année précédente auquel on applique les indicateurs interprofessionnels et la « flexibilité». Il y a de fait un décalage d'au moins un trimestre entre la situation réelle du marché et les indicateurs. Ainsi, si la crise provoquant une baisse brutale des prix du lait a débuté dès le début de l'année 2009 elle ne s'est traduite sur le prix du lait payé aux producteurs qu'au deuxième trimestre. Cela a conduit à des prix plus élevés pour les 3 premiers mois de 2009 que les prix de marché et des prix très bas ensuite. Ainsi la grille 2009 était-elle profondément déséquilibrée en raison de ce décalage ? Pour fixer les prix 2010 il a donc été convenu de procéder à un rééquilibrage.

 

Une grille 2010 avec un prix de base (sans application des indicateurs) légèrement supérieur à 2009

Cette réécriture ne signifie pas une baisse du prix moyen sur 2010 par rapport à 2009, au contraire. En effet, la moyenne de prix pour l'année 2010 (avant l'application des indicateurs interprofessionnels qui sont assez nettement positifs au 1er et au 2ème trimestre 2010) s'établit à 277,06€ soit 53 cts de plus qu'en 2009. La réécriture permet simplement d'avoir un prix du lait plus équilibré en 2010 qu'en 2009. Il faut ainsi raisonner sur l'année entière pour bien analyser les évolutions de prix entre les deux années.
Rappelons enfin que sur ces prix de base pour lait en A à 38/32, il faut appliquer les indicateurs interprofessionnels soit + 8,68 € au premier trimestre, ce qui par exemple ramène le prix de base de janvier 2010 à 303,68€ pour 1.000 litres. Au second trimestre les indicateurs interprofessionnels devraient être encore largement positifs (de l'ordre de 18 €/1.000 l). Ainsi, le prix de janvier de cette année est supérieur d'environ 50 € par tonne à celui de décembre.

 

Une flexibilité nettement moins forte

Rajoutons aussi qu'à ces prix de base il convient de retirer la flexibilité. La flexibilité qui sera appliquée au cours du 1er semestre 2010 sera beaucoup plus faible qu'en 2009. Passant d'un maximum de -18 €/1.000 l à un maximum de -4,41 €/1.000 l.

Des premiers éléments concernant le deuxième trimestre commencent à transpirer. L'indicateur serait de + 18 € environ et la flexibilité maximum à 2 €.

Utiliser toutes les marges de manœuvre à notre disposition

S'il y a un léger mieux sur le front des marchés il faut cependant rester prudents. D'abord sur l'évolution des marchés étant donné d'une part que l'Union Européenne a des stocks qui pourraient venir perturber la remontée du prix du lait. D'autre part il faut suivre avec attention le prix payé aux producteurs allemands qui pourraient fortement influencer celui des producteurs français.
La situation des producteurs comme celle des entreprises demeure préoccupante comme en témoignent les difficultés rencontrées pour résoudre le problème de la collecte des producteurs de l'URCVL. Il a fallu tout l'engagement de la section laitière de la FRSEA Massif Central pour parvenir à une issue favorable.

Cependant en ces périodes difficiles, il faudra être attentifs à tout ce qui peut permettre d'accroître la compétitivité de nos systèmes d'exploitation. Il faut optimiser notre prix du lait grâce à une qualité exemplaire, nous devons réfléchir à toutes les pistes qui nous permettraient d'avoir un prix différent dans nos régions difficiles.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole