Aller au contenu principal

LAIT
Prix conforme : un outil pour se repérer par rapport au coût de production

La FNPL a souhaité doter les éleveurs d’un outil permettant de se repérer sur le prix payé par la laiterie en fonction du mix produit.

Bouteille de lait

Chaque trimestre, la FNPL publiera cet outil " prix conforme ". " L’objectif est de donner les moyens aux producteurs de comparer le prix perçu en lait standard par rapport aux prix " conforme "  qui lui, est un prix potentiel avec le respect de la prise en compte des indicateurs de coûts de production ", explique Thierry Chirol, administrateur FDPL.


Trois indicateurs


Le prix conforme repose sur trois indicateurs : le prix de revient (cf focus ci-contre), le prix du lait allemand (publié une fois par mois) représentant la valorisation des produits de grande consommation export et la valorisation beurre/poudre.
Chaque laiterie dispose de son mix produit, et la loi EGAlim n’a vocation à s’appliquer que sur les produits vendus sur le marché intérieur : le volet produit de grande consommation (PGC France). Or, le mix de la laiterie France, c’est environ 60 % du lait qui est valorisé en PGC France, 20 % du lait valorisé en PGC export et les derniers 20 % en valorisation beurre-poudre.
L’indicateur de prix de revient PGC France retenu pour cette année 2021 est de 384 €/1000 l en zone de plaine et de 459 €/1000 l en montagne (basé sur indicateurs Cniel). L’indicateur du prix PGC export (prix allemand) basé sur le mois de janvier 2021, soit 321,42 €/1000l. Enfin, la valorisation beurre-poudre de janvier 2021, valeur retenue pour les PGC export est établie à 285,52€/ 1000 l.
En appliquant, le mix laiterie France vu ci-dessus, le " prix conforme " serait pour le mois de février 2021 de 351,79 € / 1000 l pour le lait conventionnel standard de plaine. En zone de montagne, l’indicateur de prix de revient est différencié, le prix conforme passe alors à 396,79 €/1000 l.
351,79 €/1000 l en plaine et 396,79 €/ 1000 l en zone de montagne sont les " prix conforme " pour une laiterie au mix produit moyen.
Ce prix conforme est établi pour du lait conventionnel, il est bien entendu que la valorisation AOP notamment doit intervenir en sus de ce prix conforme.


Un outil de négociation


Ce prix conforme doit permettre aux éleveurs de comparer le prix effectivement payé à un prix " conforme " selon la loi EGA. " Si le prix payé est en deçà, c’est qu’a priori la partie PGC n’est pas assez valorisée et par conséquent que la loi EGA n’est pas suffisamment appliquée ", commente Thierry Chirol. Cela peut par déduction, permettre de chiffrer le dû avec une application de la loi. " Les organisations de producteurs et administrateurs doivent aussi s’en saisir pour faire tendre le prix payé au « prix conforme » ", encourage-t-il.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole