Aller au contenu principal

RÉGLEMENTATION
Prévention des risques, une obligation importante

Toute exploitation agricole qui a recours à la main d’œuvre (salarié, stagiaire, bénévole) doit disposer d’un Document Unique d’Evaluation des Risques (DUER) depuis 2002.

Bien que parfois méconnue ou négligée, la réglementation en matière de prévention des risques professionnels concerne la quasi-totalité des exploitations agricoles depuis 1991. Quel agriculteur n’a jamais recours à du bénévolat, un stagiaire, un salarié occasionnel ou permanent ? Dans tous les cas, l’agriculteur se doit d’assurer la sécurité de ce personnel. La réglementation prévoit que les risques soient évalués et que les mesures de prévention soient transcrites dans un DUER.

 

Le Document Unique d’Evaluation des Risques pourquoi ?

Le document unique est un moyen de prouver le travail entrepris pour limiter les risques. Si l’employeur identifie un risque dans son entreprise, il se doit de mettre en œuvre des moyens pour éviter sa réalisation. La transcription des mesures dans le DUER en atteste.

L’absence de document unique peut concourir à l’aggravation de la responsabilité de l’employeur en cas d’accident. S’il est considéré comme ayant eu «conscience du danger», sa faute sera jugée au pénal. Des sanctions financières et une sanction pénale sont applicables en cas de non présentation du DUER à la demande notamment d’inspecteurs du travail. La présentation d’un document non mis à jour au moins annuellement est également sanctionnable.

Une démarche de progrès

La rédaction du document unique s’inscrit dans une démarche progressive de prise en compte des risques professionnels et d’amélioration de la prévention. Elle n’exonère pas l’employeur de sa responsabilité mais elle peut l’aider à prendre les mesures nécessaires et adaptées. C’est en quelque sorte un « plan évolutif de sécurité » pour l’exploitation, de la même manière que peuvent être établis des plans de production ou de renouvellement de matériel. Par exemple, face aux risques dans un atelier, on note d’envisager l’achat d’équipements de protection individuelle dans les prochains mois.

 

Un appui à la rédaction

Compte tenu des enjeux et afin d’aider les agriculteurs à établir ce document unique, l’UDSEA met en place un service d’accompagnement à l’évaluation des risques et à la rédaction du DUER.

Un état des lieux sera réalisé sur place avec l’agriculteur. Il permettra d’identifier les principaux dangers sur les différents lieux de travail. Leur analyse permettra de les classer et de définir des mesures de prévention. L’ensemble sera transcrit dans un DUER qui sera accessible aux travailleurs.

Les documents ainsi réalisés seront uniques et spécifiques à chaque exploitation.

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter l’UDSEA au 04.73.44.46.90.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole