Aller au contenu principal

Prévenir la propagation de la fièvre aphteuse en France

La Tunisie, l’Egypte, la Lybie et aujourd’hui l’Algérie subissent de nombreux foyers de fièvre aphteuse. Face à la maladie qui menace l’Europe voici quelques recommandations d’usage.

La fièvre aphteuse (FA) est apparue en Tunisie fin avril 2014 alors que le pays n’avait pas connu de foyers depuis 1999 et pratiquait une vaccination chez les bovins et petits ruminants.

Depuis le début de l'épizootie, plus d’une centaine de foyers repartis sur l’ensemble du territoire et notamment à proximité de régions très touristiques ont été détectés, concernant plus de 7 000 animaux sensibles (bovins, moutons et chèvres). Le 28 juillet, l’Algérie annonçait son 1er foyer.

La présence de la FA en Egypte et en Libye et sa propagation récente en Tunisie et en Algérie démontrent un risque de diffusion dans tout le Maghreb. Cette situation constitue également une menace sérieuse pour l'Europe, indemne de FA depuis 2007.

La FA est à l’échelle internationale, l’une des maladies animales les plus dévastatrices à large impact économique affectant les bovins, les porcs, les moutons et les chèvres.

En cette période estivale et à l’occasion des préparatifs de la fête de l’Aîd, il est important de rappeler les informations et recommandations d’usage pour prévenir l’introduction et la pro- pagation de la maladie en France.

Qu’est-ce que la fièvre aphteuse ?

La FA est l’une des maladies virales les plus contagieuses affectant les animaux de rente utilisés dans l’agriculture. Elle peut toucher tous les animaux à onglons comme les bovins, les moutons, les chèvres et les porcs, ainsi que les espèces sauvages apparentées.Elle n’est pas dangereuse pour l’homme.

 

Comment la FA se propage-t-elle ?

La voie majeure d’introduction de la maladie se fait via le transfert d’animaux infectés.

La maladie se transmet ainsi directement d’un animal à l’autre ou alors de manière indirecte par l’intermédiaire des produits animaux. Toutefois, l’homme peut également être le vecteur d’épizooties.

Des visiteurs d’un élevage peuvent transporter sans le savoir le virus de la FA dans des produits carnés ou laitiers ou avec des souvenirs à base de fourrure, de corne ou d’os qu’ils rapportent de vacances.

Quelle conduite à tenir pour les détenteurs /propriétaires de ruminants et porcs, et les vétérinaires ?

Il convient avant tout de rester attentif aux signes cliniques évocateurs de FA en consultant si besoin la monographie de la maladie dans le «Guide pratique de diagnostic et de gestion des épizooties» et de prévenir son vétérinaire et la DD(CS) PP(1).

La voie principale d’introduction de la maladie étant le transfert d’animaux infectés, il convient aussi de s’assurer du statut sanitaire de l’exploitation d’origine de tout animal introduit. L’introduction d’animaux d’origine inconnue, sans traçabilité est donc à proscrire.

Par ailleurs, tout véhicule ayant transité dans les pays infectés doivent faire l’objet d’une désinfection avant d’entrer en élevage. Aucun fourrage, litières, paille en provenance de ces pays ne doit être introduit dans l’élevage.

 

(1) Direction départementale de la (cohésion sociale) et de la protection des populations.

Informations à toute personne à destination de la Tunisie, l’Algérie, la Libye et de l’Égypte

Il est interdit de rapporter des produits d’origine animale (produits laitiers ou carnés ou tout autre produit de type cornes, fourrures ou cuirs non traités... ), et ce, sous quelques formes que ce soit... (sandwichs, restes de repas,...).

Il est interdit de rapporter des animaux vivants.

Pendant le voyage, il faut éviter autant que possible les contacts avec des animaux sensibles (bovins, moutons, chèvres, porcs).

De retour sur le territoire européen, les vêtements et les chaussures utilisés en vacances dans ces pays doivent être nettoyés avant d’approcher de nouveau des animaux sensibles (bovins, moutons, chèvres, porcs).

Ces recommandations et comportements responsables pendant et après les vacances sont d’autant plus importants pour les personnes ayant une activité en élevage en France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole