Aller au contenu principal

« Prenons le problème à l’envers : 98 % des Français mangent de la viande »

Bruno Dufayet, David Chauve et Baptiste Arnaud ont répondu aux questions des participants.

Le sujet évoqué, et probablement celui qui a fait le plus parler : les anti-viandes. Pour Bruno Dufayet, « nous pouvons avoir deux attitudes face à ces gens : ce dire que ce sont tous des idiots, ou aller chercher des alliés ». La FNB a opté pour la seconde option en se rapprochant d’associations environnementales et de défense des animaux. Pour lui « être recommandé par des acteurs de ce type est le meilleur moyen de faire savoir que nous ne sommes pas l’ennemi des causes qu’ils défendent ».


Au-delà de ces initiatives, « il nous faut communiquer et œuvrer de pédagogie, auprès du grand public et des scolaires ». Chiffres à l’appui, le président de la FNB étaye son raisonnement : « aujourd’hui, 98% des français mangent de la viande, et parmi eux près de 25% se posent la question de continuer à en manger ou non. Ces derniers sont ceux à convaincre. Il faut arrêter de contrer ce qui est à charge mais avoir une communication qui explique les choses, auprès du grand public, et des scolaires ». À titre d’exemple, David Chaize explique être intervenu cette année, avec deux autres éleveurs et une diététicienne d’Interbev, dans une école d’Aubière pour parler équilibre alimentaire.


Le président de la FNB se veut optimiste. Pour lui, ces changements sociétaux sont finalement peut-être une opportunité pour la profession : « il est certain que la consommation de viande ne repartira pas à la hausse. Nos besoins en viande sont objectivement aujourd’hui moins importants qu’à une époque où nos métiers étaient beaucoup plus physiques. Les citoyens veulent consommer moins de viande, mais consommer des viandes de meilleure qualité. Nous devons concentrer nos efforts, non pas sur les vegans mais sur les citoyens qui veulent de la qualité en leur proposant des produits qui correspondent à leurs attentes ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.
Une chèvrerie au service de son éleveuse
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages…
Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole