Aller au contenu principal

Interview
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »

Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN) présentées par le ministre de l’Agriculture.  

Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.

Que pensez-vous de la déclinaison française de la future PAC présentée par le ministre de l’Agriculture ?
Le Ministre semble avoir fait le choix de baisser les aides couplées aux éleveurs tout en les empêchant d’accéder à une partie des futures aides couplées aux protéines végétales fourragères, afin d’améliorer l’autonomie protéique de leur exploitation. Ce transfert de financement qui consiste à déshabiller Pierre pour habiller Paul ne nous convient pas. Nous revendiquions en effet que les aides couplées aux animaux demeurent constantes et que celles dédiées au développement des protéines végétales s’appuient sur des financements extérieurs. Mais le ministère en a décidé autrement… Nous n’acceptons pas non plus que cette nouvelle aide couplée protéines végétales soient réservée aux producteurs de plaine. Les éleveurs en montagne doivent pouvoir en bénéficier et l’appliquer sur des mélanges légumineuses/graminées. A travers cette mesure, les éleveurs ont le sentiment d’être les principaux contributeurs au développement de la production de protéine végétale ; ce n’est pas acceptable !
Sur l’ICHN, le plan stratégique national annonce le maintien du budget actuel à plus d’1 milliard d’euros. C’est une bonne chose. Notre interrogation porte cependant sur l’augmentation de la participation financière de l’Etat pour palier la diminution du co-financement du Feader. Est-ce que cela va modifier à terme les modalités de l’ICHN ? Rien n’est dit pour le moment mais nous devons rester vigilants sur ce point.


Quel est votre avis sur les modalités d’accès aux eco-régimes et leurs niveaux de paiement ?
C’est encore un moyen compliqué de contraindre les exploitations au verdissement sans qu’elles ne bénéficient davantage de rémunération. Je trouve complètement aberrant qu’on nous demande toujours plus d’efforts sans compensations. Nous ne pouvons plus l’accepter ! Les agriculteurs subissent trop de pression sans qu’il soit nécessaire encore d’en rajouter. Nous avons besoin que la société nous fasse confiance. Nous sommes des professionnels responsables et conscients des enjeux auxquels l’agriculture est confrontée.


La gestion des risques et l’assurance récolte font l’objet d’une enveloppe supplémentaire. Est-ce satisfaisant ?
Oui c’est une bonne chose. Un supplément de 36 millions d’euros va abonder l’enveloppe actuelle. Cela signifie que l’administration a pris conscience de la nécessité de réfléchir différemment face aux aléas climatiques.  C’est primordial ! Mais il faut que la prise en charge de ces aléas soit réellement partagée par l’ensemble de la société et des citoyens. Cela n’incombe pas qu’aux agriculteurs. Nous produisons de la nourriture pour tous ; c’est un bien collectif que la collectivité dans son ensemble doit protéger.


Qu’en est-il pour l’agriculture biologique ?
L’enveloppe de l’agriculture bio va augmenter significativement, l’enjeu étant de doubler les surfaces en conversion. C’est une ambition forte du gouvernement sur ce point. Mais faut-il encore que les prix à la production suivent dans les grandes filières…


Les représentants de la Fnab ont pourtant claqué la porte lors de la présentation du PSN ?
Ils souhaitaient en effet que le modèle agricole soit transformé de fond en comble. Nous avons fait le choix de co-construire l’avenir de l’agriculture avec le gouvernement ils ont préféré tourner le dos aux négociations…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole