Aller au contenu principal

COCORICO
Première participation au SIA pour le Gaec Blanchard

Elle est l’unique Charolaise du Puy-de-Dôme à monter à Paris. Grenadine et son veau Jerry, du Gaec Blanchard, prennent la direction du Parc Exposition de Versailles pour tenter de décrocher la couronne.

Au Gaec Blanchard, les éleveurs s’affèrent depuis plusieurs semaines. En janvier dernier, Grenadine, une belle Charolaise de 1 100 kg, et son veau Jerry ont été sélectionnés pour participer au Salon de l’Agriculture, le 22 février à Paris. A quelques jours du départ, l’atmosphère reste sereine dans le Gaec familial où l’on prépare les animaux avec le plus grand soin.

 

Histoire de famille

Elever de la Charolaise est une tradition familiale au Gaec Blanchard. Aussi loin que remontent ses souvenirs, Rémy Blanchard n’a jamais vu l’exploitation sans « belles blanches ». Cependant, ce n’est qu’en 1985, année de son installation, que les premiers animaux sont inscrits. En 1995, il rejoint au lendemain de sa création le GIE Charolais. En 2008, l’Earl de Rémy et Françoise Blanchard, sa femme, devient le Gaec Blanchard avec l’installation de leur fils Olivier. Aujourd’hui, l’exploitation compte 85 vaches allaitantes et quatre taureaux. Les éleveurs participent aux concours locaux, nationaux et chaque année au Sommet de l’Élevage. En 2013, ils ont d’ailleurs remporté le prix de championnat femelle avec Grenadine. Une récompense à la hauteur du travail accompli, diraient certains, mais pour la famille Blanchard, les exploits ne s’accomplissent pas seuls. « Grenadine a certes été élevée chez nous mais sans les produits du GIE Charolais nous n’aurions jamais pu atteindre ce niveau » explique Rémy.

La belle a en effet un pedigree à faire pâlir d’envie. Fille de Bacchus dit «l’Etoile des Concours », il a été champion à deux reprises à Paris. Quant à la mère de Grenadine, elle est également issue d’un taureau du GIE. La belle a du potentiel alors pourquoi ne pas la présenter à Paris ?

Pas à n’importe quel prix

Grenadine a vêlé début décembre pour offrir au Gaec un veau mâle nommé Jerry. Le contexte est idéal pour les éleveurs qui espèrent une participation au SIA. « Le veau a un âge plus qu’acceptable pour supporter le voyage. En revanche, s’il était né seulement quelques semaines avant le SIA, nous ne les aurions pas présentés. Nous nous mettons des barrières dès lors qu’il y a un risque pour nos animaux » témoigne Françoise Blanchard.

Depuis la réponse favorable des organisateurs du SIA, Grenadine et Jerry bénéficient d’un traitement de faveur. Ils sont lavés deux fois par semaine et la jeune maman est davantage complémentée. Pour Olivier ce dernier point n’est pas à négliger. « Complémentée la mère c’est aussi complémenter son lait. Jerry participe à la mise en valeur de Grenadine, il ne doit donc pas être ridicule à côté d’elle. Pour nous, ils forment une très belle paire mais il ne faut jamais jurer de rien. Il y a encore une dizaine de jour avant le départ et tout peu arriver. »

Un programme de taille

Les éleveurs restent sereins et confiants. Rémy prendra la route avec Grenadine et Jerry le 25 février au matin. Ils rejoindront un groupe d’éleveurs de l’Allier pour poursuivre leur voyage jusqu’à Paris. « Cette participation demande de l’organisation à la fois sur le Salon mais aussi sur l’exploitation. Nous avons du réserver une chambre d’hôtel à Paris et demander à des voisins de nous remplacer sur l’exploitation le 27 février (jour du concours) parce que nous serons tous les trois sur place. Olivier prendra alors la relève sur le SIA pour les jours suivants. » L’organisation est désormais bien en place, il ne manque plus qu’à souhaiter bonne chance au Gaec Blanchard.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole