Aller au contenu principal

FNSEA/JA
«Pour une agriculture audacieuse, attractive et solidaire »

Fruit des différentes réflexions menées en région, le projet de la FNSEA et des JA, pour l’échéance professionnelle de 2007, veut «redonner» un prix au métier d’agriculteur.


Poursuivant leur tournée des régions, la FNSEA et les JA étaient présents, vendredi dernier, à Clermont-Ferrand. «Notre objectif est d’aller plus loin dans les attentes régionales», explique Jérôme Mathieu, secrétaire général des JA et agriculteur dans les Vosges. Le projet national FNSEA/JA pour les élections chambres d’agriculture 2007 est en effet une synthèse des différents travaux auxquels ont participé des milliers d’agricultrices et d’agriculteurs, la colonne vertébrale, en somme, d’un projet que les responsables nationaux souhaitent au plus près des réalités de chacun.
Avec le leitmotiv « notre métier a un prix », la FNSEA et les JA souhaitent résolument défendre une agriculture « audacieuse, attractive et solidaire ». « C’est dans les prix de vente de nos produits que doit résider l’essentiel de notre revenu. La responsabilité de l’intervention publique est de contribuer à garantir un bon équilibre des marchés, de rémunérer les fonctions non marchandes ou de compenser des handicaps naturels ou économiques, notamment pour les zones de montagne et les zones défavorisées ». Ainsi défini, le principe «du vivre du métier», implique, selon la FNSEA et les JA, « de redonner un sens à la préférence communautaire, de réguler les marchés et limiter les risques, de renforcer le pouvoir économique des agriculteurs, de tirer parti de toutes les opportunités de marché et d’en conquérir de nouveaux ».
Le pari du renouvellement
Pour conforter les entreprises agricoles, afin de les rendre plus compétitives et qu’elles prennent toute leur place dans la vie économique et sociale, les syndicalistes prônent un alignement des règles de concurrence, la baisse des charges, le développement d’une vraie fiscalité d’entreprise agricole, l’amélioration du statut des personnes, la reconnaissance et le respect de la responsabilité de chacun, et l’investissement et la modernité. Pour développer cette dynamique, le milieu agricole a besoin de jeunes capables de prendre la relève, c’est la raison pour laquelle le projet porté par les JA et la FNSEA fait de l’installation une de ses priorités. « Renouveler, c’est d’abord assurer l’avenir du métier d’agriculteur : une profession qui ne se renouvelle pas est une profession qui disparaît. C’est également réaffirmer la place centrale de l’agriculture au coeur de nos territoires ruraux », souligne Jérôme Mathieu. Pour accompagner le renouvellement des générations, « nous demandons de faire valoir une approche économique et non une logique économique patrimoniale lors des reprises d’exploitations ». En voulant défendre leur métier, conforter leurs entreprises et assurer le renouvellement des générations, la FNSEA et les JA comptent porter «haut et fort les atouts essentiels des productions agricoles dans notre monde moderne : nourrir les populations, offrir sur tous les territoires des emplois directs et indirects, participer à l’équilibre de notre commerce extérieur, anticiper la fin de l’ère du tout pétrole avec le développement de l’énergie verte et de la chimie verte».
Au fil des propositions
- « Pour une gestion de l’offre qui maîtrise les volumes, notamment dans le cadre d’organisations communes de marché : maîtrise pendant la campagne, afin de résorber les éventuels excédents conjoncturels, mais surtout maîtrise en amont du cycle de production, y compris dans le cadre de politiques contractuelles, afin d’éviter toute déstabilisation durable des marchés ».
- « Il serait intéressant de préparer de façon volontariste, l’entrée des producteurs dans l’actionnariat de leurs entreprises d’aval : ils ne pourront durablement rester de simples fournisseurs ».
- «Poursuivre l’investissement dans les filières de qualité valorisant l’origine des produits et le savoir-faire des agriculteurs, sans nous laisser imposer des marques de distributeurs qui ne sont valorisantes que pour eux-mêmes».
- «Les époux qui travaillent sur une même exploitation doivent bénéficier de droits identiques en matière économique, particulièrement en ce qui concerne l’accès aux aides »…

 

Repères
Du 20 au 31 janvier 2007, tous les agriculteurs et agricultrices sont appelés à élire par correspondance leurs représentants aux chambres d’agriculture. L’enjeu est important car les chambres d’agriculture représentent un élément essentiel dans la mise en oeuvre de la politique agricole dans les départements. Mais, au-delà, ce vote va donner une représentativité à l’organisation dont la liste a été choisie par l’électeur, représentativité qui va influer fortement sur les orientations de la politique régionale, nationale, européenne et internationale.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole