Aller au contenu principal

Domagri
Portes ouvertes à la compétitivité technique

Les exploitants agricoles ont pu découvrir ou redécouvrir les activités de la coopérative, sous le signe du partenariat avec les diverses structures agricoles du Puy-de-Dôme et les organismes nationaux.

Sous le soleil lempdais salutaire, les agriculteurs ont pu découvrir les activités de Domagri sur 6 ha de l’exploitation du Lycée Agricole Louis Pasteur de Marmilhat le vendredi 15 juin. Le matin, une présentation de la filière semences a démontré l’intérêt des semences certifiées aux exploitants (compte-rendu la semaine prochaine). L’après-midi était axée sur la visite des essais et la découverte du Phytobac® et du système de guidage «Isaguide» évitant le jalonnage.
Les techniciens de Domagri prodiguaient leurs conseils tout au long de la visite, épaulés par leurs partenaires. La visite débuta tout d’abord par une présentation des variétés de colza. Puis Didier Chollet, ingénieur du CETIOM(1), interpellait les exploitants sur l’opportunité de répondre aux besoins du marchés en biocarburants. Il précisait que «le rendement énergétique de la production de biodiesel Diester® à partir de colza ou de tournesol, de la parcelle à la pompe, est positif sur un rapport de 1 pour 3 ». Bien qu’elle soit boudée en raison de la concurrence du soja et des cours actuels peu encourageants, une panoplie de variétés intéressantes de pois étaient présentées.
Ensuite, l’attention était retenue par Frédéric Moigny de la Chambre d’agriculture sur l’usage des stimulateurs sur blé pour gagner en teneur de protéines. Il insistait sur le fait que «gagner 1/3 à 1/2 point de protéines suffit à franchir un seuil de gamme, ce qui n’est pas négligeable dans un contexte de concurrence accrue entre les régions sur les blés de qualité». Ensuite, la visite se poursuivait par une imposante vitrine variétale de blés tendre d’hiver animée par Domagri et Olivier Vincent d’Arvalis. Ce dernier évoquait l’importance de la sensibilité à la fusariose comme critère de sélection des variétés. « Le risque de mycotoxine est inféodé à cette sensibilité » rappelait-il. Le visiteur pouvait alors se rapprocher d’un stand abordant la fertilité des sols pour découvrir après les magnifiques tournesols et les diverses variétés d’orge et de triticales. Des jachères apicoles et jachères fleuries étaient également présentées par les étudiants de l’Enita. Pour conclure la visite, Julie Cloupet, d’Adivalor, exposait les démarches de collecte des EVPP(2) et PPNU(3) à proximité d’une démonstration de local phytosanitaire.
Cette journée fut un succès au vu du nombre de participants, tous avides des informations techniques précises apportées par Domagri.

(1) Centre Technique Interprofessionnel des Oléagineux Métropolitains
(2) Emballages vides de produits phytosanitaires
(3) Produits phytosanitaires non utilisables.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.
Une chèvrerie au service de son éleveuse
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages…
Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole