Aller au contenu principal

Elevage porcin
« Portes ouvertes » chez un éleveur de porcs fermiers d’Auvergne

La coopérative porcine Cirhyo organisait une visite chez un éleveur porcin de Manglieu engagé en filière Label Rouge porc fermier d’Auvergne.

De gauche à droite : Gérard Dutois (directeur de Cirhyo), Vincent Brut (éleveur), et Hélène Daviet (responsable Organisme de Gestion du Porc fermier d’Auvergne). Devant les parcs d’engraissement des porcs, à Manglieu (63).

Les porcs de Vincent Brut bénéficient d'une vue imprenable: de leur bâtiment à 600 m d'altitude, on voit le Sancy et le Forez. Ce sont des « porcs fermiers d'Auvergne », un Signe Officiel de Qualité Label Rouge : ils doivent être élevés en plein air.
« C'est une des exigences du cahier des charges » explique Hélène Daviet, responsable de l'Organisme De Gestion ( ODG) en charge de l'appellation. « le Porc fermier d'Auvergne doit être engraissé dans des parcs dimensionnés à 83 m2 par porc. » Parmi les autres exigences, on trouve l'appartenance à la zone Indication Géographique Protégée (IGP) d'Auvergne (Auvergne et cantons limitrophes).
L'exploitation où se tient la Portes Ouvertes comporte plusieurs bâtiments. Outre le bâtiment de maternité et celui de post-sevrage, il y a ce grand bâtiment bois pour l'engraissement: 600 places, réparties en 5 compartiments à caillebotis partiel, lesquels sont ouverts sur des parcs grillagés. « Un bâtiment au lieu de cabanes, comme ça se fait pour les porcs plein air, c'est plus de confort pour l'élevage par rapport au froid : on soigne les animaux à l'abri, on n'a pas à dégeler les abreuvoirs dans la neige ! C'est aussi plus de durabilité » explique l'éleveur.

Une commercialisation par boucheries- charcuteries

Le porc fermier d'Auvergne bénéficie d'une image très positive. « C'est une niche : de cette filière ne sortent que 1800 tonnes de porc par an. Il n'y a pas de problème de débouchés » dit Hélène Daviet. Les adhérents de la marque : 38 éleveurs, 2 groupements de producteurs dont Cirhyo est le principal, 4 fabricants d'aliments, 2 abattoirs (Hassen Forder à Vichy, Sicaba à Bourbon l'Archambault). Et pour la commercialisation, uniquement des boucheries, charcuteries et restaurants : cette filière ne passe pas par les Grandes et Moyennes Surfaces. « Un point fort de cette filière est que tous les opérateurs sont très impliqués» dit Hélène Daviet. « Oui » confirme Vincent Brut, « chacun est très conscient de l'importance des au-tres, pour l'ensemble de la filière .»

 

 

Un prix indexé sur l'aliment

Depuis 2010, le prix du porc charcutier est indexé sur le prix de l'aliment. « Il y a eu une vraie démarche de répartition des marges au sein de la filière, et nous sommes arrivés à cet accord » explique Gérard Dutois, directeur général de Cirhyo. Une initiative qui a toute son importance en temps de crise, et qui permet aux éleveurs de « s'en sortir mieux que les éleveurs de porc standard, même s'ils souffrent aussi de la crise » fait remarquer Hélène Daviet.

Avis aux éleveurs intéressés

La demande commerciale est là, le prix indexé a été mis en place : deux signes de bonne santé et de sécurité de la filière. « Nous sommes en recherche d'éleveurs qui veulent se lancer dans cette production. Cela s'adresse aux éleveurs naisseurs, comme Vincent Brut. Mais cela peut aussi intéresser des éleveurs en post-sevrage engraissement, à qui Cirhyo peut fournir des porcelets agréés « Porc fermier d'Auvergne» dit Gérard Dutois. La coopérative (600 éleveurs, 54.000 truies, un million de porcs charcutiers par an) se tient à la disposition des personnes intéressées.

 

 

Du naissage à l'engraissement

Vincent Brut est éleveur porcin depuis 2001. Installé avec la Dotation jeune agriculteur (DJA) et en hors-cadre familial sur 30 hectares, il a commencé par être éleveur naisseur : 80 truies, et des porcelets vendus à 8 kg en standard. « J'ai commencé à engraisser des porcelets, et par philosophie, je me suis tourné vers le porc plein air et les filières de qualité ». En 2007, il décide d'engraisser tous ses porcelets, et se lance dans ce projet de bâtiment. « Je pouvais le faire car c'est une petite filière, qui nous offre une garantie de prix. Ca nous permet d'être plus serein, d'avoir plus de visibilité sur l'avenir. De pouvoir investir.» Après une enquête publique sans histoire, la construction du bâtiment est lancée, et les premiers porcs engraissés sortent en 2009. « J'ai la satisfaction de pouvoir vivre de mon travail » ajoute-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole