Aller au contenu principal

Agriculture bio
Point sur l’agriculture bio dans le Puy-de-Dôme

A l'occasion de l'assemblée générale de Bio 63, Jean-Michel Cellier Courtil a fait le point sur cette association qu'il a contribué à créer, et dont il doit courant avril quitter la présidence.

L'association Bio 63 regroupe 70 % des agriculteurs bio du Puy-de-Dôme.
“Je le pense depuis un moment déjà : il est temps pour moi de passer la main. Depuis 2-3 ans on en parle au sein de l'association. Tout ceci devrait être effectif en avril." Jean-Michel Cellier Courtil avec une poignée d'agriculteurs "nous étions 25 au départ!" a conduit Bio 63 sur les fonds baptismaux. Treize ans après, cette association regroupe plus d'une centaine d'exploitants et une cinquantaine de membres associés (consommateurs, transformateurs…). Jean-Michel a décidé de laisser la présidence, "mais je reste membre actif de Bio 63 !"

L'évolution de l'agriculture bio
"La Bio a mené un grand travail de défrichage, et permis de créer des bases solides. Aujourd'hui une part des consommateurs (environ 43 %), fait appel à des produits bio. C'est une agriculture respectueuse de l'environnement, capable de faire vivre le producteur et sa ferme. Mais une condition est à mon avis nécessaire : être motivé". Jean-Michel Cellier Courtil explique savoir de quoi il parle : il a rejoint la Bio après avoir utilisé pendant quelque années les techniques traditionnelles. "Dans l'agriculture bio il s'agit de réfléchir ses pratiques, connaître les raisons pour lesquelles il est préférable de ne pas utiliser des produits de synthèse."

Recherche et développement
Après la partie statutaire, les participants à l'assemblée générale ont écouté des exposés sur la recherche et le développement en agriculture bio *. "Les agriculteurs bio ne sont pas contre le progrès apporté par la Recherche. Aujourd'hui nous tendons vers une démarche globale. Par exemple en blé, on veut obtenir des variétés
• correspondant au terrain local,
• ayant un certain rendement
• résistantes aux maladies,
• donnant une bonne farine.
Notre but ?
L'équilibre et non la productivité. L'agriculteur bio nourrit le sol pas la plante. Il cherche un rendement optimum, et tient compte de tous ces paramètres. En élevage c'est pareil."

La bio a un avenir
Le président de Bio 63 évoque les contraintes auxquelles doivent faire face les agriculteurs traditionnels, notamment au niveau de la conditionnalité des aides. "Les agriculteurs bio face à la nouvelle donne, au niveau environnemental par exemple, sont dans les clous. Mais nous aussi sommes soumis depuis de nombreuses années à de plus en plus de contraintes." Une des raisons qui peut être en décourage certains à se lancer dans l'agriculture bio. "Je râle un peu. J'espérais en effet qu'on soit plus nombreux aujourd'hui dans notre région. Mais je pense qu'une évolution va avoir lieu dans le bon sens. A un moment donné on a poussé les agriculteurs à produire. Maintenant c'est différent, les pratiques vont devoir changer. L'agriculture bio, c'est comme un poil à gratter (sourire), pour montrer que c'est possible d'y arriver."

Conférence animée par Anne Haegelin de Pôle Bio Massif central et Jean-Louis Mosnier de Bio Institut.



 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole