Aller au contenu principal

Dossier
Plus de 5.000 installations en 2010

En lançant du 14 au 18 février une semaine dédiée à l’installation en agriculture et à la transmission, les Jeunes agriculteurs ont voulu sensibiliser tous les acteurs à l’enjeu du renouvellement des générations. En Auvergne, 350 jeunes s’installent chaque année.

Le jeune qui s'installe bénéficie des conseils des techniciens qui l'accompagnent dans la conduite de son projet.

4 millions d’agriculteurs en Europe vont partir en retraite d’ici 2020. Il y a actuellement 6 % des jeunes agriculteurs européens qui ont moins de 35 ans.

En France, le nombre d’installations aidées pour l’année 2010 se chiffre à 5 062 contre 5 156 en 2009 et surtout 5 999 en 2008. Le nombre d’installations aidées en 2010 subit le contrecoup de 2009, l’année « horribilis » qu’ont subie les agriculteurs. « La mauvaise conjoncture de l’année 2009 - notamment dans le secteur laitier qui installe beaucoup - explique en grande partie ce mauvais chiffre de 5 062 installations aidées », explique Jean-Michel Schaeffer, le président des Jeunes agriculteurs (JA).

En 2009, 42,6 % des installations aidées se sont réalisées sur des exploitations de type bovins lait et viande.

Dans ce contexte, le futur rapport d’orientation du syndicat jeune, dont le titre provisoire est « Quels projets d’installations en agriculture et quels besoins des jeunes pour réussir leurs projets?», prend tout son sens. « Le travail à mener est important sur les aspects juridiques et fiscaux de l’installation » explique le président. « Les jeunes doivent souvent faire face à des investissements importants lors de leur projet d’installation » ajoute-t-il. Ce rapport sera discuté et amendé lors du congrès du syndicat qui a lieu du 7 au 9 juin à Rodez dans l’Aveyron.

 

Lever les freins

En Auvergne, le nombre d’installations est resté stable en 2009 par rapport à 2008 autour de 350. Jusqu’en 2000, ce chiffre avoisinait plutôt les 450 installations annuelles. La conjoncture de plus en plus difficile et des investissements de plus en plus lourds à réaliser peuvent expliquer cette tendance.

« Seule une répartition plus équitable de la valeur ajoutée des produits agricoles permettra aux agriculteurs et notamment aux jeunes de conforter leur activité » estime Nicolas Bardy, président des JA Auvergne.

En levant certains freins, l’installation de jeunes peut être facilitée. L’étude réalisée cette année par les Jeunes agricultures d’Auvergne a ainsi révélé que les six freins majeurs étaient liés aux problèmes de trésorerie, à l’accès au foncier, à l’administration, au financement des investissements et installations, au manque d’accompagnement et aux ban-ques.

Le réseau JA et ses partenaires s’emploient quotidiennement à lever ces freins pour assurer des installations viables et vivables.


Retrouvez un dossier complet de 4 pages, dans l'Auvergne Agricole n° 2379 du 17 février

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole