Aller au contenu principal

Plan ruralité : Auvergne-Rhône-Alpes soigne ses communes

Adopté lors de dernière session, le plan ruralité du Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes entend redonner du souffle aux initiatives locales en répondant aux besoins les plus concrets des communes. Mode d'emploi.

Des élus de l'Allier du Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes ont présenté à Contigny les différents programmes en faveur de la ruralité.

« Demander aux communes leurs besoins, alors qu'hier les élus définissaient de Clermont-Ferrand ou de Lyon ce dont elles avaient besoin ». La formule est signée Daniel Dugléry, maire de Montluçon et conseiller régional Les Républicains. Comme bon nombre de ses collègues élus à la région, il profite de chaque occasion pour vanter les mérites d'un plan ruralité imaginé « pour stopper l'hémorragie dans le milieu rural, en aidant les communes à renouer avec les projets ». Pour la majorité régionale, il s'agit de réhabiliter le lien direct entre les maires et la collectivité régionale, « en mettant un terme aux usines à gaz alimentées par des cadres trop stricts qui paralysaient l'initiative locale ».

Des contrats « pour du concret »

Concrètement, trois programmes viennent d'être lancés. Le contrat d'ambition régionale doté d'une enveloppe de 233 millions d'euros sur trois ans est ouvert aux projets des communes portés par les EPCI (établissement public de coopération intercommunale). « Sur ce volet, la région met sur la table 13 millions d'euros supplémentaires par rapport aux deux anciens programmes cumulés des régions Auvergne et Rhône-Alpes », précise Charlotte Benoît, conseillère régionale Les Républicains. Second programme, le plan ruralité destiné aux communes de 0 à 2.000 habitants bénéficiera d'un budget de 30 millions d'euros. « De la chaudière de la cantine, en passant par la réfection de toitures, l'investissement dans des aires de jeux, la création de point mutli-services¹...Ce plan répondra aux besoins pratiquo-pratiques de nos villages », souligne Emmanuel Ferrand, conseiller régional Les Républicains. Dans le cadre de ce plan, les projets pourront être subventionnés jusqu'à 40% avec un plafond maximum de 80.000 euros.

Objectif revitalisation

Enfin, le contrat centre-bourg cible les communes de 2.000 à 20.000 habitants. 30 millions d'euros lui seront dévolus. Des projets de 500.000 euros maximum pourront être soutenus. Pour 2016, ils pourraient être subventionnés au maximum à 40%. « Ces trois dispositifs sont cumulables entre eux et avec les fonds européens », insiste Yannick Lucot, conseiller régional UDI. « Certains arbitrages devront bien évidemment être réalisés dans la mesure où ces programmes vont se mettre en place dans le cadre d'enveloppes fermées », précise Charlotte Benoît. La revitalisation des bourgs et du milieu rural demeura toutefois « le critère exclusif qui présidera à l'examen des dossiers », résume Daniel Dugléry.

¹ Les travaux d'assainissement et de voierie sont exclus du plan ruralité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole