Aller au contenu principal

Elevage
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale

Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux éleveurs une aide à l’alimentation animale. Détails.

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.

Le Gouvernement a alloué 400 M€ de crédits nationaux, complétés de 89 M€ de l’enveloppe PAC de crise, pour absorber pendant 4 mois (16 mars 2022 - 15 juillet 2022) une partie des hausses des coûts de l’alimentation animale dues aux perturbations engendrées par la guerre en Ukraine.

Les bénéficiaires

Trois catégories de bénéficiaires sont éligibles en fonction du degré de dépendance à l’alimentation, calculé à partir des charges d’alimentation animale et des charges d’exploitation :
- Catégorie 1 : taux de dépendance à l’alimentation animale compris entre 10 % (inclus) et 30 % (non compris)
- Catégorie 2 : taux de dépendance compris entre 30 % (inclus) et 50 % (non compris)
- Catégorie 3 : taux de dépendance supérieur ou égal à 50 %, et, dans le cadre d’un dispositif dédié, organisations porteuses de contrats de production (structures qui prennent en charge les coûts de l’alimentation animale pour le compte des éleveurs : généralisée en volailles et en veaux notamment).

Les montants des aides

Le taux de dépendance et les montants d’aide sont calculés à partir de charges d’alimentation animale (correspondant au compte 60.14) et des charges d’exploitation (comptes 60 à 64) du dernier exercice clos avant le 28/02/2022.
Les éleveurs de la catégorie 1 percevront une aide forfaitaire de 1000€.
Pour les demandeurs des catégories 2 et 3 : L’aide sera proportionnelle au taux de dépendance soit une prise en charge de 40 % des surcoûts d’alimentation animale pour la catégorie 2, et de 60 % pour la catégorie 3.
L’aide est plafonnée à 35 000€ pour les éleveurs. Aucun montant inférieur à 500 € ne sera attribué.
Les intégrateurs et organisations porteuses de contrats de production feront l’objet d’une notification à part.

La mise en œuvre opérationnelle

L’ouverture du service des télédéclarations FranceAgriMer est programmée à partir de la 2ème quinzaine de mai (soit cette semaine), pour une durée de 3 semaines.
La mise en œuvre, le paiement et les contrôles relèvent de FranceAgriMer. L’instruction des dossiers sera réalisée par les DDT ou les DRAAF (pour le dispositif intégrateurs), sous la supervision de FranceAgriMer. Un début des paiements pourrait intervenir à compter de fin juin, après la phase de dépôt des demandes.

Infos supplémentaires auprès de la FNSEA63 : 04 73 44 46 90.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole