Aller au contenu principal

ADAPTATION
Piloter la transition agroécologique des exploitations

L’Institut de l’Élevage fait le point sur le développement de l’outil de pilotage CAP’2ER dont l’objectif est d’évaluer l’empreinte environnementale d’une exploitation et d’en identifier les marges de progrès.

CAP'2R permet de calculer des indicateurs environnementaux, sociaux et économique pour piloter la transition écologique des exploitations.

Agréé par le ministère de l’Environnement, CAP’2ER est constamment actualisé pour prendre en compte les travaux de recherche, l’intégration des méthodologies « Label Bas carbone » et assurer la communication entre les différents outils informatiques des Instituts Techniques. En effet, si les premiers travaux ont débuté en 2015 en bovins lait, puis viande, ce n’est qu’en 2022 qu’ils s’étendent aux ovins lait et viande, caprins. En 2023, seront intégrés des non ruminants : équins, porcs et volailles puis les grandes cultures d’où cette nécessité « d’interopérabilité » entre les différents outils. Ceci est d’autant plus important qu’il se rajoute en 2023 une dimension européenne à ce projet. Cette coopération témoigne de l’urgence de travailler sur le climat en rappelant l’objectif européen fixé pour 2030 : diminuer d’au moins 55% l’émission nette des gaz à effet de serre par rapport à 1990 et atteindre la neutralité climatique en 2050.

Répondre aux enjeux écologiques

CAP’2ER permet donc de calculer des indicateurs environnementaux, sociaux et économiques pour piloter la transition écologique avec 2 niveaux d’intervention : l’atelier (30 données collectées) et l’exploitation (150 données collectées). Quelque 1 700 agents de Chambre d’Agriculture, Conseil Elevage lait et viande, Coopérative, laiterie... ont été formés pour diagnostiquer les marges de progrès environnementales dans les exploitations. À ce jour 30 000 diagnostics (moitié niveau 1, moitié niveau 2) ont été réalisés pour mener des plans d’actions concrets à mettre en œuvre.
Les principaux enjeux écologiques sont mesurés dans un bilan global qui met en lumière :
- les Contributions positives de l’exploitation (ou de l’atelier) sur le stockage de carbone, le maintien de la biodiversité et la performance nourricière,
- les impacts sur l’environnement : émission de GES, qualité de l’air (acidification), qualité de l’eau (eutrophisation), épuisement des ressources fossiles,
- les performances économiques et le travail (Coûts de production, Quantité et pénibilité du travail).

Soutiens financiers

Chaque critère du diagnostic est comparé à un groupe de références et des liens sont établis entre indicateurs environnementaux et pratiques d’élevage. Des leviers d’actions sont alors proposés avec un calcul économique de leur impact. L’effet levier le plus important se situe sur le troupeau puis la conduite du système fourrager (gestion des prairies) qui impacte l’autonomie alimentaire et protéique. À un certain stade, il faut passer à des investissements pour limiter par exemple les consommations d’électricité ou de carburants, planter des haies...
Côté financement, si le diagnostic est aidé par des fonds européens, régionaux, l’ADEME (Agence de la transition écologique) et d’entreprises aval des filières, l’objectif est de couvrir les investissements par la vente de crédits carbone générés par les améliorations apportées. Un constat issu des évaluations déjà réalisées : le bilan carbone est corrélé positivement avec le bilan économique. Ceci est encourageant pour entamer et poursuivre ce travail prioritaire qui bouscule quelque peu l’approche du conseil en agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole