Aller au contenu principal

Autoconsommation
Photovoltaïque : quid de l'autoconsommation

Face à l’inflation et la crise énergétique, la production d’électricité solaire apparaît comme une solution pour les agriculteurs souhaitant limiter leurs charges grâce à l’autoconsommation.

Aujourd'hui, auto-consommer son électricité est plus rentable que de l'acheter chez un fournisseur.

Le mardi 27 septembre, la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme organisait une réunion d’information à Besse-Saint-Anastaise sur l’installation de centrales photovoltaïques et l'autoconsommation au sein des exploitations agricoles pour surmonter la crise énergétique. Une trentaine d’agriculteurs étaient présents.

Un contexte favorable

Avec une baisse de la production nucléaire en France (due à des centrales vieillissantes et coûteuses), le contexte politique est favorable au développement du solaire. Aujourd’hui, avec un projet bien ficelé, le coût du kWh (kilowatt/heure) autoproduit en solaire est inférieur à celui du marché électrique (qui s’élève actuellement à 0,17€). Auto-consommer s’impose comme une solution d’avenir : « une hausse de 15% du prix de l’électricité est prévue en 2023 » annonce Florent Gagne, conseiller énergie à la Chambre de la Haute-Loire.

Consommation et rentabilité

Pour monter un projet rentable, une analyse de ses habitudes de consommation horaire (indiquées sur le compteur Enedis) doit être faite en amont. L’énergie solaire étant intermittente (puisqu’elle dépend de l’éclairement), un contrat avec un fournisseur est nécessaire pour être fourni durant les heures où la centrale ne produit pas (notamment la nuit). L’autoconsommation se prête donc moins à certaines activités, « un éleveur laitier qui fait tourner ses machines de traite tôt le matin et en soirée trouvera moins d’intérêt à auto-consommer » illustre Florent Gagne. Pour ceux qui le peuvent, réorganiser son temps de travail en concentrant les activités énergivores aux moments les plus ensoleillés et utiliser des équipements plus efficaces (récupérateur de chaleur, solaire, thermique...) participera à faire baisser la note.
Pour installer une centrale sur un bâtiment, on privilégie les toitures en bac acier. La pente optimale du toit se situe aux alentours de 15 degrés, et la production varie en fonction de son orientation. Cette dernière influe plus sur la répartition des pics de production (à mettre en corrélation avec la consommation horaire) que sur la quantité totale d’électricité produite. Pour un meilleur rendement, il est possible d’investir dans un tracker solaire. Plus une centrale sera grande, plus elle sera rentable. La surface de toiture nécessaire (en mètres carrés) à une installation peut être calculée en multipliant par cinq la puissance de la future centrale.
Le coût de l’investissement (hors charges et assurance) se situe aux alentours des 20 000 € pour 9 kWc (kilowatt crête), 40 000 € pour 36 kWc, 75 000 € pour 100 kWc ou encore 300 000 € pour 500 kWc. En moyenne, il faut compter une dizaine d’années pour avoir un retour sur l’investissement.

Vente du surplus

« À partir de 500 mètres carrés de toiture et une Production de puissance supérieure ou égale à 100 kWc (kilovoltampère), la vente du surplus commence à être intéressante » selon le conseiller, qui précise que «très peu d’exploitations agricoles ont cette possibilité». Dans ce cas de figure, uniquement valable avec un soutirage au tarif jaune, l’achat d’électricité se fait aux offres de marché et ne donne donc pas le droit au bouclier tarifaire.
La valorisation du surplus injecté sur le réseau varie en fonction du projet :
- De 3 à 99 kWc : plus la puissance injectée dans le réseau est grande, moins la prime du kWc et le tarif du kWh seront élevés, passant respectivement de 430€ à 90€/kWc et de 0,10€ à 0,06€/kWh (chiffres valables jusqu’au 31/10/22).
- De 100 à 500 kWc de puissance, il n’y a plus de prime mais le tarif du kWh est plus intéressant (actuellement fixé à 0,11€).
Pour plus d’informations, contactez Thierry Roche, conseiller modernisation à la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme au 04 73 44 45 73.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Co-président du concours, Jean-Claude Faure est éleveur de charolaises au sein du GAEC des Deux villages et conseiller municipal de la commune.
Ce week-end a lieu le 35ème concours charolais de St-Gervais
La 35ème édition du concours interdépartemental charolais de Saint-Gervais d’Auvergne aura lieu les 5 et 6 novembre…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Bâtiment d'élevage
Visites de bâtiments : une étape cruciale
Les portes ouvertes bâtiments, organisées par l’EDE et la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, auront lieu les 8, 9 et 18…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole