Aller au contenu principal

Philippe Chopin, nouveau Préfet du Puy-de-Dôme

Lundi 24 août, Philippe Chopin a endossé le costume de préfet du Puy-de-Dôme, en remplacement de Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc.

Philippe Chopin à l’occasion d’une conférence de presse le 24 août.

En cette période de Turn over des représentants de l’Etat, celui du Puy-de-Dôme n’a pas échappé au mouvement. Philippe Chopin, ancien préfet des Pyrénées orientales, a pris les commandes préfectorales du Puy de Dôme. Attaché à l’administration centrale du ministère de l’Intérieur dès son début de carrière en 1986 et pendant près de 10 ans, il intègre ensuite le corps préfectoral, une ambition qu’il caressait depuis ses débuts semble-t-il et qui l’a donc conduit en juin 1999 à être sous-préfet de Vire puis en 2000 Secrétaire général de la préfecture du Cantal. S’en suit alors des allers-retours avec le ministère de l’Intérieur avant que Philippe Chopin ne soit définitivement titularisé en 2013. Il sera nommé en 2015 préfet de Creuse puis en 2018 préfet des Pyrénées orientales.

 

Des priorités

Un parcours varié, marqué par 21 années de corps préfectoral dont le nouveau représentant de l’Etat dit « assumer avec honneur». « Je suis un homme de terrain et un homme d’action », dit-il en substance à l’occasion de sa conférence de presse d’installation le 24 août. Philippe Chopin veut « aller dans le concret » et faire avancer les dossiers « dans la concertation et le dialogue ».

Si tôt arrivé à Clermont-Ferrand, il a rencontré les élus de la ville et du Département pour s’imprégner des dossiers qui les préoccupent en premier lieu à savoir le ferroviaire, l’aérien et la sécurité. Sur ce dernier point, Philippe Chopin dit vouloir être « intraitable » notamment contre les délits routiers. « Depuis le déconfinement, les accidents liés à l’alcoolémie, la vitesse, l’utilisation des téléphones et l’endormissement au volant sont importants. Tant qu’il y aura des morts sur la route, je me battrai pour cette cause » a-t-il indiqué. Même volonté dans la protection contre le Covid. Face au taux d’incidence en augmentation dans le département : 17% de personnes détectées positifs contre 5% il y a quelques semaines, Philippe Chopin appelle à « la vigilance ». «En concertation avec les élus nous allons nous mettre en capacité d’anticiper une éventuelle nouvelle pandémie en rouvrant notamment des centres de dépistage. Mais le meilleur médicament reste le port du masque et le respect des gestes barrière » martèle-t-il.

Les dossiers agricoles

Le nouveau préfet entend aller sur le terrain au plus près des agriculteurs. Il prévoit de rencontrer rapidement les représentants de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme et des syndicats afin de prendre le pouls de la profession et de s’emparer des dossiers en instance, notamment sur l’attaque inexpliquée des vautours dans le Sancy et sur la gestion de la ressource en eau. « L’eau est une priorité » a-t-il rappelé. Une dizaine de dossiers pour des ouvrages de stockage d’eau sont aujourd’hui en instance et en attente d’une signature que le nouveau préfet compte bien valider « dès septembre avec les services de la DDT ». « Récupérer de l’eau à une période de l’année où elle tombe et la stocker pour pouvoir la restituer au moment où elle manque le plus est une question de bon sens» explique Philippe Chopin. Et de conclure en rappelant que « l’Etat, resté longtemps frileux sur ce sujet, est aujourd’hui ouvert » pour accompagner la création de retenues et autres solutions de stockage de la ressource.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole