Aller au contenu principal

Pastoralisme : un enjeu européen voire mondial

Le pastoralisme, une pratique ancestrale qui a bien failli disparaître.

Si la France célèbre en 2022 les 50 ans de sa loi sur le pastoralisme, l’idée de développer un cadre législatif de dimension plus large se développe depuis plusieurs années. Dès octobre 2019, le Comité européen des régions avait plaidé pour une meilleure prise en compte du pastoralisme dans la Pac et dans la politique environnementale et sociale de l’Union européenne. Le 14 juin dernier, le Comité européen des régions a organisé une conférence ayant pour thème " le pastoralisme, un atout essentiel pour relever les défis de la durabilité dans l’Union européenne et au-delà ". Cette conférence a donné la parole à des décideurs européens, des représentants de la Commission européenne et du Parlement européen et des organismes de défense du pastoralisme en Europe. Plusieurs tables rondes ont permis d’identifier les défis actuels du pastoralisme européen et de proposer des solutions pour améliorer la durabilité de ce modèle. La dernière d’entre elles portait sur la manière dont l’Europe et plus globalement la scène internationale peuvent davantage soutenir le maintien de pratiques pastorales durables à l’avenir.

Une urgence à agir

Il faut dire que les évènements ayant trait au pastoralisme se bousculent aujourd’hui dans l’agenda européen et international. En Europe, le Green Deal porte des ambitions élevées en matière de préservation de l’environnement, d’adaptation au changement climatique et de protection de la biodiversité. Le maintien du pastoralisme se révèle, dans cette optique, essentiel pour atteindre les objectifs de l’Union européenne. Plus largement, le pastoralisme contribue à plusieurs des Objectifs de développement durable formulés par les Nations Unies. Sur initiative du ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de l’Industrie légère mongole, l’année 2026 sera d’ailleurs l’Année internationale des parcours et des éleveurs. Un évènement qui permettra de plaider pour une gestion durable des pâturages afin d’assurer la sécurité alimentaire à l’échelle globale mais aussi de rappeler les menaces subies aujourd’hui par le pastoralisme à travers le monde. En Europe par exemple, si 30 % des terres sont utilisées pour des pratiques pastorales, une baisse de 12 % des zones de pastoralisme a été observée entre 1990 et 2003. Pour Juan-Andres Gutierrez, président d’Euromontana, association pour la coopération et le développement des zones de montagne, les États membres doivent dès à présent mettre en œuvre des mécanismes de soutien au pastoralisme dans le cadre de leurs plans stratégiques nationaux en vue de la future Pac. Surtout, il invite la Commission européenne à adopter sans plus tarder un Plan d’action européen pour le pastoralisme qui, dans la lignée de la Vision à long terme pour les zones rurales et du Green Deal, doit proposer des mesures concrètes de maintien des pratiques pastorales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole