Aller au contenu principal

Pastoralisme : un enjeu européen voire mondial

Le pastoralisme, une pratique ancestrale qui a bien failli disparaître.

Si la France célèbre en 2022 les 50 ans de sa loi sur le pastoralisme, l’idée de développer un cadre législatif de dimension plus large se développe depuis plusieurs années. Dès octobre 2019, le Comité européen des régions avait plaidé pour une meilleure prise en compte du pastoralisme dans la Pac et dans la politique environnementale et sociale de l’Union européenne. Le 14 juin dernier, le Comité européen des régions a organisé une conférence ayant pour thème " le pastoralisme, un atout essentiel pour relever les défis de la durabilité dans l’Union européenne et au-delà ". Cette conférence a donné la parole à des décideurs européens, des représentants de la Commission européenne et du Parlement européen et des organismes de défense du pastoralisme en Europe. Plusieurs tables rondes ont permis d’identifier les défis actuels du pastoralisme européen et de proposer des solutions pour améliorer la durabilité de ce modèle. La dernière d’entre elles portait sur la manière dont l’Europe et plus globalement la scène internationale peuvent davantage soutenir le maintien de pratiques pastorales durables à l’avenir.

Une urgence à agir

Il faut dire que les évènements ayant trait au pastoralisme se bousculent aujourd’hui dans l’agenda européen et international. En Europe, le Green Deal porte des ambitions élevées en matière de préservation de l’environnement, d’adaptation au changement climatique et de protection de la biodiversité. Le maintien du pastoralisme se révèle, dans cette optique, essentiel pour atteindre les objectifs de l’Union européenne. Plus largement, le pastoralisme contribue à plusieurs des Objectifs de développement durable formulés par les Nations Unies. Sur initiative du ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de l’Industrie légère mongole, l’année 2026 sera d’ailleurs l’Année internationale des parcours et des éleveurs. Un évènement qui permettra de plaider pour une gestion durable des pâturages afin d’assurer la sécurité alimentaire à l’échelle globale mais aussi de rappeler les menaces subies aujourd’hui par le pastoralisme à travers le monde. En Europe par exemple, si 30 % des terres sont utilisées pour des pratiques pastorales, une baisse de 12 % des zones de pastoralisme a été observée entre 1990 et 2003. Pour Juan-Andres Gutierrez, président d’Euromontana, association pour la coopération et le développement des zones de montagne, les États membres doivent dès à présent mettre en œuvre des mécanismes de soutien au pastoralisme dans le cadre de leurs plans stratégiques nationaux en vue de la future Pac. Surtout, il invite la Commission européenne à adopter sans plus tarder un Plan d’action européen pour le pastoralisme qui, dans la lignée de la Vision à long terme pour les zones rurales et du Green Deal, doit proposer des mesures concrètes de maintien des pratiques pastorales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pascal Coste l’un des aiguillons agricoles de Valérie Pécresse
Encore peu évoqués jusqu’à présent, les sujets agricoles semblent enfin sortir de l’ombre dans la campagne présidentielle. L’…
Âgé de 16 ans, Sacha Guissez a été élu Mister Agri Junior 2022 et porte fièrement les valeurs transmises par ses parents et les couleurs de sa région.
Mister Agri Junior est puydômois !
Sacha Guissez a été élu, en décembre dernier, Mister Agri Junior et porte fièrement les couleurs de son futur métier et de sa…
Baptiste Arnaud, président de l'association 63 Saveurs.
"Une belle victoire pour la filière légumes"
Baptiste Arnaud, président de l'association 63 Saveurs.
Meilleurs voeux

Toute l'équipe d'Excepto et de l'Auvergne Agricole vous souhaite leurs meilleurs voeux pour 2022 !

Sébastien Vidal, nouveau président de Limagrain
« Sécurisons d’abord la production avant de sécuriser nos outils industriels »
La coopérative Limagrain porte à sa présidence Sébastien Vidal, succédant à Pascal Viguier, en poste depuis 2018.  
Lors de son allocution, Patrick Bénézit a assuré la mise en place prochaine d'un soutien, via les Chambres d'agriculture et les syndicats agricoles, pour aider les éleveurs à remplir leurs contrats.
La FNB rassure les éleveurs et les encourage à reprendre la main
La FNB et les syndicats agricoles puydômois ont donné rendez-vous aux éleveurs allaitants le 20 décembre dernier pour répondre à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole