Aller au contenu principal

Interview
PAI, le passage obligé pour s'installer

Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les porteurs de projet dont les profils ont évolué sous l'effet de la crise sanitaire.  

Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.

Quels sont les chiffres clés de l'installation agricole dans le Puy-de-Dôme ?
On compte en moyenne180 installations par an dans le département dont, en 2020,103 installations aidées DJA (Dotation Jeune Agriculteur). Cette dynamique est répartie sur l'ensemble des territoires du département avec toutefois une prédominance sur ceux de l'ouest où 20% des installations se font en Artense Cézallier-Sancy, 18% dans les Combrailles et 11% en Dômes Hautes Combrailles. Enfin autre fait marquant de notre département : 78% des candidats s'installent en élevage et 22% en productions végétales. Globalement ce sont près de 8 installations pour 10 départs qui sont réalisées chaque année.


Quel est le profil des candidats ?
Depuis la crise sanitaire, nous voyons arriver de plus en plus de personnes en reconversion professionnelle ; plus 20% cette année ! Ces nouveaux candidats à l'installation ou NIMA( Non Issus du Milieu Agricole) sont motivés par l'envie d'exercer un métier qui a du sens, d'être indépendants et de revenir au vert. Leur moteur est d'arriver à mieux maitriser et concilier vie professionnelle et vie privée. Ils souhaitent par ailleurs entrer dans le métier en suivant une éthique bio, en production locale et en circuit court. Nous constatons également la venue de nombreux candidats issus d'autres régions et d'autres pays, preuve que L'Auvergne et le Puy-de-Dôme en particulier plaisent beaucoup à celle et ceux qui veulent démarrer un projet agricole. Enfin l'âge moyen de l'installation est de 34 ans avec de nombreux candidats de plus de 40 ans. Côté formation, beaucoup sont sans diplôme agricole mais ont un niveau bac+3 et plus. Pour preuve, de janvier à juillet 2021, sur les 200 candidats rencontrés dans le cadre du PAI, 50% sont titulaires d'un Bac+3. Ils reprennent alors un cursus de formation adapté aux besoins de leur projet mais très souvent par correspondance.


Quels sont les projets dominants ?
L'installation en maraîchage bio est très ciblée ainsi que la production de petits fruits, de plantes aromatiques et médicinales (PAM) mais aussi l'élevage caprin/ovin lait. Ces  productions paraissent plus simples aux yeux de ces candidats non issus du milieu agricole... et surtout elles sollicitent de petites surfaces et des invetissements plus légers. Par ailleurs, ces nouveaux candidats souhaitent davantage construire leurs projets sur des micro-fermes, en multi-actvités et parfois en ferme collective, un système préféré à celui de la société agricole.


Quid alors des installations en productions conventionnelles comme le lait, la viande ou les céréales ?
Sur ce type de productions "traditionnelles", l'installation se fait également mais davantage dans le cadre familial. La dimension des exploitations à reprendre, les investissements sur les bâtiments, l'accès au foncier font peur aux NIMA- même si quelques uns se lancent quand même ! Cette tendance baissière des porteurs de projet en productions conventionnelles est un risque pour les filières qui à terme peuvent perdre une partie de leurs producteurs, ce qui déstabiliserait leur fonctionnement...


Comment la Chambre d'agriculture accompagne-t-elle les nouveaux arrivants ?
Le Point Accueil Installation (PAI) basé à la Chambre d'agriculture est le passsage obligé pour les candidats qui souhaitent s'informer, faire le point sur leurs objectifs, les aides, les démarches à suivre et  les personnes qui peuvent les conseiller pour avancer. Le PAI accueille tous les porteurs de projet ayant une idée d'installation et nous les orientons ensuite vers les partenaires adhoc et/ou vers des cursus de  formation indispensables. Le but est qu'ils se posent les bonnes questions concernant leur projet :  quelles formations, quelles compétences acquérir ; vérifier également les aspects techniques et économiques du projet. En tant que conseillère PAI je suis un peu le chef de gare qui aiguille les candidats ! La particularité du PAI dans le Puy-de-Dôme est d'accompagner individuellement les candidats et non collectivement. Les demandes sont tellement différentes que des réunions en groupe seraient difficile à mener. Il m'arrive d'ailleurs de me déplacer dans les territoires pour rencontrer les porteurs de projet et faire ainsi connaissance avec leur environnement familial.


Quels sont les principaux conseils que vous leur donnez ?
Anticiper le plus possible son installation, faire des stages en exploitation et prendre le temps de concrétiser son projet. N'oublions pas que la plupart commence de zéro, le passage par des étapes intermédiaires est donc indispensable avant de demander la DJA. Nous les mettons aussi en garde  sur la question du foncier : surtout ne pas acheter sur le Bon coin ! Et toujours s'entourer de conseils pour éviter les mauvaises surprises.
Je reconnais que rêve et concrétisation sont parfois inquiétants. Dans ce cas, mon rôle de conseiller PAI est de les placer face aux réalités du métier et éviter qu'ils n'aillent dans le mur. A noter que dans le département le taux de maintien est de 86%,  soit plus de 8 agriculteurs sur 10 sont toujours en activité six ans après leur installation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole