Aller au contenu principal

Action syndicale
PAC : 9 000 paysans otages de la conditionnalité

Depuis la réforme de la PAC de 2003 le versement des aides est conditionné au respect d’un ensemble de textes réglementaires nationaux et européens. La lourdeur de ce nouveau dispositif suscite incompréhension et colère des agriculteurs du Puy-de-Dôme.

Jeudi dernier, près de 300 agriculteurs sont venus manifester devant la DDAF à Lempdes. Patrick Trillon, président de l’UDSEA s’est félicité de la mobilisation :
«Nous sommes tous rassemblés aujourd’hui pour défendre notre métier, il est temps de prendre nos responsabilités dans un système qui n’est plus cohérent. La conditionnalité est stressante pour les agriculteurs, il faut retrouver la vitalité et l’élan pour exercer notre métier». Il a insisté sur le sentiment de culpabilité des exploitants: «Nous sommes devenus les boucs émissaires de la société ! En 1992 ils nous ont mis une boucle au nez, aujourd’hui ils nous mettent la longe!»


 

 

“On ne veut pas d’un permis de produire”

 

La conditionnalité est incomprise des agriculteurs qui ont le sentiment de ne plus pouvoir exercer leur métier de façon sereine et calme alors qu’ils sont les acteurs principaux des filières agroalimentaires. « On ne veut pas d’un Permis de Produire à point ! Nous devons répondre présents au défi de la production. Produire est un acte honorable, il faut que l’on reste acteur au niveau économique. Notre objectif est d’engager le monde politique derrière nous, dans une voie dynamique pour revenir à une véritable ligne de conduite. Ne bradons pas l’agriculture. Ne faisons pas en sorte que notre métier devienne un sous-métier» .
De nombreux jeunes agriculteurs se sont associés au mouvement. Ils sont d’autant plus inquiets que leur avenir est en jeu. « On en a marre, il faut qu’on nous laisse tranquille ! Les contrôles sont excessifs au vu de nos pratiques. Les aides sont là pour pallier à la diminution des prix mais aujourd’hui c’est la carotte qui fait avancer l’âne ! s’exaspérait Sébastien Vidal, président de JA 63.
C’est dans le calme que les 300 manifestants se sont dispersés aux alentours de 13 heures.
Ils resteront vigilants sur l’évolution de ce dossier, notamment aux côtés de la FNSEA et des JA qui ont appelé à des actions syndicales le 25 mai prochain.

 


Suite à notre action, la FNSEA et les JA réagissent


Extrait du message national des Secrétaires généraux Dominique Barrau et William Villeneuve.

 


«De nombreux départements mènent depuis quelques semaines des actions syndicales pour dénoncer les nouvelles grilles de la conditionnalité des aides PAC. Il faut continuer de faire pression sur les instances départementales de l’administration. Les agriculteurs rejettent de nombreux points de contrôle et en particulier sur le volet bien-être animal. Alors que le ministre de l’Agriculture a répondu défavorablement à nos dernières revendications, nous demandons la remise à plat de tous les volets de ce dossier. Il est indispensable que le nouveau ministre prenne conscience de la priorité donnée à ce sujet. Nous appelons à une manifestation dans tous les départements le 25 mai 2007».

 

Extrait du courrier adressé au Préfet du Puy-de-Dôme et au Directeur de la DDAF (par l’Udsea et JA 63)

« Nous dénonçons les abus réglementaires et l’augmentation du nombre des contrôles depuis la mise en place de la conditionnalité des aides PAC. L’UDSEA et les JA ont déclaré la grève des contrôles depuis le 19 avril 2007. Aujourd’hui nous mettons fin à cette grève par un rassemblement de nos adhérents devant les locaux de la Direction Départementale de l’Agriculture. Nous vous présentons ici nos revendications en sept points et nous vous demandons de les faire remonter aux niveaux national et européen :
1/ Nous affirmons qu'il faut mettre un terme au principe de la conditionnalité (…)
2/ Les contraintes imposées aux exploitations agricoles ne doivent pas être source de distorsion de concurrence entre [les] pays (…)
3/ La conditionnalité ne doit pas devenir un système déguisé de réduction des indemnités européennes versées aux agriculteurs. Nous refusons la logique de "permis de produire à points"
4/ Il est inacceptable que le principe de la conditionnalité des aides jette le doute sur la compétence et le sens des responsabilités des agriculteurs. (…)
5/ Les directives européennes ne doivent pas être durcies par une législation française qui ajoute sa part spécifique de lourdeur administrative alors que rien ne l'y oblige.
6/ (…) Aujourd'hui, la réglementation ne prend pas en compte la réalité de la pratique du métier d'agriculteur. Or les agriculteurs n’ont pas attendu les directives européennes pour apprendre leur métier!
7/ Modération et respect mutuel doivent prévaloir à l'occasion des contrôles en exploitation agricole».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole