Aller au contenu principal

FDO 63 - Ovinpiades des jeunes bergers
Ovinpiades 2013 : au plus près de l’élevage ovin

eudi 5 décembre, à la ferme du lycée agricole de St Gervais d’Auvergne, les lycéens ont testé leurs qualités d’apprentis moutonniers.

La remise des prix dans les locaux de l'élevage canin de St Gervais.

Une quinzaine d’élèves des ly-cées agricoles de Marmilhat, Rochefort-Montagne et de la MFR de Gelles ont bravé le froid et se sont retrouvés, avec leurs professeurs, à la ferme du lycée agricole de St-Gervais d’Auver-gne, le 5 décembre dernier, à l’occasion de la finale départementale des Ovinpiades.

Encadrés d’éleveurs et de techniciens ovins, ils ont testé d’une part leurs connaissances théoriques sur l’élevage ovin et les différentes races et d’autre part leur dextérité et leur compétence en manipulant les ani- maux. Il y a eu les traditionnelles épreuves de tri de brebis à l’aide du bâton électronique, de parage d’onglons, d’évaluation de l’état corporel des brebis et de manipulation d’animaux. Constamment soucieux d’améliorer leur cheptel et leurs per- formances, les éleveurs s’approprient de plus en plus la sélec- tion génétique. En travaillant sur la qualité de leur troupeau ils se professionnalisent et maî-trisent au maximum les facteurs de réussite. Cette année, une épreuve théorique de génétique a donc été proposée. Face à un scénario précis (volonté de renouvellement des agnelles, d’amélioration du poids des agneaux…) les élèves ont dû proposer un bélier adapté (car-ton de béliers) et motiver leur choix. Les techniciens et les éle-veurs ne sont pas avares en ex- plications pour rendre cette journée enrichissante et instructive.

Les huit meilleurs participants sont donc sélectionnés pour participer à la finale régionale jeudi 12 décembre à la ferme ovine du lycée agricole Bonnefont de Brioude.

Au-delà du côté divertissant de cette journée, c’est l’occasion pour les élèves de rencontrer des éleveurs ouverts et enclins à partager leurs connaissances et leur amour du métier. La Fédération départementale ovine est attachée à conserver et à étendre ces liens avec les jeunes, futurs acteurs du monde agricole de demain. L’élevage ovin, encore méconnu et victime de préjugés communique pour dé stigmatiser cette production est pourquoi pas faire de nouveaux adeptes !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Cédric Mandin est éleveur en Vendée. Il est secrétaire général de la  Fédération nationale bovine.
« Eleveurs, retenez vos animaux pour peser sur les prix »
Malgré un bon niveau de consommation et d’export, les prix payés aux producteurs de viande bovine n’augmentent pas. Pour faire…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Denis Aubert, président de la société laitière de Laqueuille, entouré par le sénateur Laurent Duplomb et le président de Sodiaal, Damien Lacombe.
« Le consommateur doit payer la valeur du produit qu'il achète »
La crise sanitaire n’a pas épargné la société laitière de Laqueuille dont le chiffre d’affaires a chuté de deux millions d’euros…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole