Aller au contenu principal

Optimisation économique et qualité du lait, le grand chantier du CIF

L’AOP Cantal dans sa perpétuelle recherche de l’excellence, a réuni les producteurs puydômois autour d’une journée technique orientée vers l’amélioration de la qualité du lait.

Le CIF encourage et aiguille les producteurs de lait AOP Cantal à poursuivre leurs efforts dans la quête
d’une production économe et de qualité.

L’AOP Cantal prend son avenir en main. Outre une promotion publicitaire assidue, le CIF veille également à sensibiliser et à former les producteurs de lait sur le terrain. Le 14 décembre dernier, le Comité Interprofessionnel des Fromages a réuni les rares éleveurs puydômois de l’appellation,
autour d’une journée technique à Laqueuille. L’amélioration de la qualité du lait et l’optimisation
des coûts de production étaient au centre des discussions, conjointement menées par la Chambre d’agriculture du Puyde-Dôme et l’usine Lactalis de Riom-ès-Montagne.


Soutien et conseils

Depuis 5 ans, le CIF organise des journées techniques comme celle-ci dans les quatre coins de la zone d’appellation du Cantal. Une façon pour le Comité Interprofessionnel
« d’accompagner concrètement les producteurs vers l’optimisation économique et surtout l’amélioration de la qualité du lait » explique Jean-François
Navarro, producteur cantalien et administrateur du CIF. Malgré l’appellation d’origine protégée,
le lait de la zone n’est pas encore valorisé à sa juste valeur. « Seulement 50% du lait produit sur la zone AOP est transformé en AOP Cantal. » Les producteurs de lait obtiennent alors une rémunération supplémentaire, au titre de l’AOP Cantal (+50€/1000 litres), sur seulement 50% de leur production.

30€/1 000 litres manquent à l’appel

Au Gaec des Granges Hautes à Laqueuille, la famille Ganne élève 59 vaches Prim’Holstein. L’étude
économique réalisée par la Chambre d’agriculture du Puyde- Dôme montre que les éleveurs maîtrisent leurs coûts de production. La conduite assidue de leurs pâturages participe pour beaucoup à la maitrise des charges. Malgré tout, le prix de revient du lait permettant de couvrir l’ensemble des dépenses de production et la rémunération des trois associés, devrait s’élever à 373€/1 000 litres. Or à ce jour, il n’est que de 344€/1 000 litres. Un constat qui n’étonne guère Jean-François Navarro. « Dans toutes les journées techniques que nous organisons, le prix de revient annoncé est sensiblement le même, à 2-3€ près. La qualité des fromages et du lait est essentielle à tous les maillons de la filière ;plus les laiteries vendront de Cantal, plus nous pourrons espérer une remontée du prix du lait AOP
Cantal. »


Réduire les frais


D’où l’importance pour les producteurs d’optimiser leurs coûtsde production tout en poursuivant la recherche de la qualité. Les facteurs microbiens et physico-chimique présents dans le lait impactent considérablement la transformation. Sur l’ensemble de la zone AOP, le CIF a relevé un
manque de taux protéique dans la production laitière. C’est pourtant une teneur comprise entre 32 et 36 grammes de protéine par litre de lait qui permet une fromagabilité optimale. Le taux de
matière grasse a également son importance, notamment sur le plan organoleptique. L’alimentation, la santé et aussi la génétique des animaux sont les leviers sur lesquels les producteurs de l’appellation doivent poursuivre leurs efforts. Le CIF insiste d’ailleurs auprès de ces derniers sur le lien existant entre la conduite des prairies et la qualité des fromages.
Couleur de la pâte, richesse aromatique, antioxydants et acides gras insaturés sont associés
à divers composés présents dans les végétaux. La bonne utilisation des prairies est l’une des solutions les plus concrètes pour atteindre les objectifs fixés par le CIF. La valorisation de cet or vert à disposition ouvre alors la voie à l’optimisation économique, à l’amélioration de la qualité du lait

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole