Aller au contenu principal

Saint-Nectaire
Nouveau nom, nouvelles missions pour le syndicat Saint-Nectaire

Le Syndicat Saint-Nectaire a modifié ses statuts lors d’une assemblée générale extraordinaire. Il devient « Interprofession du Saint-Nectaire ».

De gauche à droite : Bernard Blay, Patrice Chassard, Didier Montagne (KPMG) et Pascal Servier.
 

Afin d'être en conformité avec la nouvelle  réglementation des AOC, le syndicat Saint Nectaire a procédé, la semaine dernière, à la modification de ses statuts et constitué une « Interprofession du Saint Nectaire » (ISN). Cette nouvelle organisation est composée d'un conseil de 24 membres réunis au sein de quatre collèges. Elle a deux missions : une mission d'Organisme de défense et de gestion (ODG) et une mission syndicale. « C'est une nouvelle étape de notre organisation qui doit permettre d'avancer de façon unanime» a déclaré Bernard Blay, directeur du Syndicat.

Adaptation du cahier des charges

Une nouvelle gestion de l'AOC  Saint-Nectaire est donc désormais enclenchée. Elle s'appuie sur les conclusions de l'enquête réalisée par l'EDE du Puy-de-Dôme qui préconisent la nécessité d'adapter rapidement les différents opérateurs aux exigences du cahier des charges. Deux points essentiels issus de ce constat sont inscrits dans le plan d'action triennal 2007-2010 que devrait conduire l'ensemble des partenaires de la  filière : faciliter l'élevage des vaches et des génisses sur la zone, et développer l'autonomie fourragère des exploitations (Lire encadré). « Ce projet est ambitieux mais raisonnable. Et nous souhaitons que l'ensemble des partenaires de la zone AOC puisse être coordonné pour faire progresser le territoire vers le respect du cahier des charges » a insisté le directeur.

La formation accompagne les producteurs

L'assemblée générale ordinaire qui a précédé la modification des statuts a été l'occasion de dresser le bilan de l'année 2006 du syndicat Saint Nectaire. Un bilan marqué notamment par l'amélioration de la qualité bactériologique des fromages en blanc et affinés, « même si les efforts sur la qualité sanitaire et la conduite du troupeau doivent être accrus » précise Jean-François Guittard.  Un bilan également marqué par l'accompagnement des producteurs vers l'amélioration de leur produit. Pour cela, des formations sur l'alimentation,  la complémentation des rations  et l'hygiène sont ou vont être proposées aux producteurs. Par ailleurs,  un travail assidu de la commission dégustation a permis de faire ressortir une amélioration notable sur les St Nectaire fermiers et laitiers, sur les critères « aspect extérieur » et « goût ». 348 fromages (57 St Nectaire laitiers, 291 fermiers) sont passés en dégustation. Il y a eu 12 avertissements en laitier et 52 en fermier.

Zoom sur...

Le plan d'action triennal 2007-2010
1- Faire naître des génisses laitières sur la zone Aoc St Nectaire (financé par le Conseil général du puy de Dôme) :
- Aide de 150 euros par plan d'accouplement réalisé par un conseiller développement
- 400 euros par élevage avec 30 % d'IA en race pure laitière
- 600 euros par élevage avec 50 % d'IA en race pure laitière
La période prise en compte est de juillet 2007 à juin 2008
- Prise en charge des analyses BVD + Para tuberculose des animaux entrant sur la zone

2- Favoriser l'autonomie fourragère avec appui individuel (financé par le Conseil régional d'Auvergne)
- Prévision de 3 interventions par exploitation ; soit un objectif de 100 exploitations visitées d'ici trois ans.
- Mise en place de fermes repères pour assurer les formations collectives.

 

Ils ont dit...


- Patrice Chassard, président du Syndicat St Nectaire
A propos de l'adaptation au cahier des charges Aoc : «Nous devons être capables de mettre en place une stratégie sur le long terme, indispensable à la valorisation du St Nectaire. Sinon, l'intérêt de l'appellation n'aura plus lieu d'exister ».

- Bibiane Beaumont, directrice du Contrôle Laitier (EDE 63)
A propos du plan d'action triennal : « la formation collective relative au développement de l'autonomie fourragère des exploitations de la zone AOC sera couplée à du suivi individuel. C'est un service orienté vers tous les producteurs, qu'ils soient en contrôle laitier ou non ».

- Jean-Luc Dischamp, directeur général de la Société laitière Dischamp
« Nous devons absolument maintenir la production de 14 000 tonnes de St Nectaire. Or, aujourd'hui, près des deux tiers des producteurs ont des difficultés pour signer la déclaration d'aptitude. Si nous perdons notre niveau de production, nous aurons ensuite beaucoup de mal à le retrouver. Les marchés seront perdus ! (...)Très rapidement, il faut apporter des réponses techniques pour qu'un maximum de producteurs puisse entrer dans l'AOC ».

- Pascal Servier, président de la Fdpl du Puy-de-Dôme
« L'évolution technique, doit-on la faire pour le beurre/ poudre ou pour l'Aoc ? Car aujourd'hui c'est le prix du beurre et de la poudre qui tire le lait AOC et non l'inverse !

 

 

  Le Saint-Nectaire en chiffres


243 producteurs fermiers, soit 6 500 tonnes de fromages.
657 producteurs laitiers, soit 7 800 tonnes de fromages.
14 300 tonnes de volume total.
54 producteurs fermiers affineurs.
27 affineurs.
800 tonnes en vente directe.
4 700 tonnes en libre service.
7 900 tonnes à la coupe.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole