Aller au contenu principal

Interview
«Nous voulons devenir le laboratoire de l’installation»

Michèle Boudoin, présidente de la FNO.

La filière ovine pense déjà à l’après-élection en préparant un projet autour de l’installation.  Le point avec la présidente de la Fédération nationale ovine (FNO), Michèle Boudoin.

Comment se porte le marché ovin ?
Ce que nous voyons actuellement, c’est que la cotation n’a jamais été aussi haute. Alors que les importations et abattages en provenance de Nouvelle-Zélande ou du Royaume-Uni sont en baisse, la filière française ne fournit que 45 % de la consommation, ce qui entraîne une rareté et un renchérissement, aggravé par l’augmentation récente des coûts de production. Mais notre enjeu, sur le long terme, est de conserver la présence de l’agneau dans les linéaires : quand la consommation baisse, on ne retrouve plus jamais ces pourcentages. L’autre priorité est évidemment le renouvellement des générations.

Sur ce dernier point, avant sa réélection, le président a annoncé une grande loi d’orientation sur l’installation. Quelles seront les propositions de la filière ?
Près de 50 % des éleveurs de mouton, comme de ruminants en général, devront céder la main dans les années à venir. Depuis le Covid, nous observons cependant beaucoup de projets d’installation. Un récent sondage de la MSA montre même que pour chaque éleveur qui part, un nouvel éleveur se lance. Mais il s’agit souvent de petites troupes, avec malheureusement de nombreux échecs, et on ne peut plus se permettre de perdre le moindre troupeau. Comme nous l’avons fait avec le programme Inn’ovin, ainsi que les Ovinpiades de jeunes bergers, nous travaillons donc actuellement sur un nouveau projet pour devenir le laboratoire de l’installation. Nous proposerons des choses concrètes, à la fois pour les jeunes générations, mais également pour ce projet de vie qu’est le départ en retraite. En parallèle, nous aurons bien sûr besoin de signaux forts pour le secteur de l’élevage. Il s’agira de ramener de la valeur ajoutée dans le secteur grâce à Egalim, et de saisir l’opportunité de l’élevage ovin dans les écorégimes. Nous serons également très attentifs aux discussions qui reprendront en juillet après les élections en France et ailleurs, autour des accords de libre-échange avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Le loup pourrait-il être selon vous un obstacle à ces installations ?
Si vous avez des loups, vous n’avez pas d’agneaux, et donc pas de transmission. C’est pour cela que nous continuons de le combattre tous les jours, avec l’espoir de lui réapprendre à avoir peur de l’homme. Les différents plans loup sont un gaspillage d’argent public, même si le gouvernement actuel a fait beaucoup de choses, notamment sur le comptage. L’objectif maintenant pour nous est de pousser le dossier au niveau européen pour obtenir le déclassement de l’espèce. Nous espérons en tout cas que le travail ne sera pas détricoté après les élections, face aux engagements pris par les équipes actuelles. L’argument de la souveraineté doit peser.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole