Aller au contenu principal

Jacques Chazalet, président de la FRSEA Massif central
«Nous sommes en train de nous mettre en ordre de marche pour préparer l’avenir»

Le congrès 2010 s'est inscrit, pour la FNSEA, dans un contexte de crise. Une crise générale, sur tous les marchés agricoles, avec une chute importante des revenus des agriculteurs dans toutes les régions. «Le syndicat en a été fragilisé», constate Jacques Chazalet, président de la FRSEA Massif central. «En temps de crise, les agriculteurs ont parfois tendance à s'éloigner de leur organisation, à lui faire porter la responsabilité de ce qu'ils subissent.» Les deux congrès précédents avaient déjà été difficiles en raison de la réforme de la Pac (Politique agricole commune) qui avait provoqué, sur les aides, des tensions entre les régions, entre les productions...

"En temps de crise, la FNSEA réussit à limiter les dégâts"

Pour la FNSEA, il s'agissait de répondre aux inquiétudes de sa base, déstabilisée par cette dérégulation. Jacques Chazalet : «Notre difficulté est d'être en capacité de se projeter dans l'avenir tout en ayant un devoir de réalisme auprès de nos adhérents. Sur le terrain, la plupart d'entre eux finissent par se rendre compte que les solutions faciles ne sont pas réalisables et que, en temps de crise, la FNSEA réussit à limiter les dégâts. Organiser le débat, mieux faire fonctionner le réseau, être davantage à l'écoute mais aussi mieux faire partager les enjeux, les orientations, les nombreux acquis obtenus, c'était le thème du rapport moral présenté par les secrétaires généraux et particulièrement par Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA. Le fonctionnement du réseau doit être au centre des préoccupations de chacun et je suis convaincu qu'après les débats très riches autour de ce rapport, la FNSEA sort renforcée du congrès d'Auxerre. Maintenant, nous sommes en ordre de marche pour réfléchir à l'avenir. Nous devons faire valoir une position commune, notamment sur l'évolution de la Pac et sur la loi de modernisation agricole en préparation.»

Protection et régulation...
La crise que traverse le monde agricole français a, bien entendu nourri les débats qui se sont succédé durant trois jours à Auxerre. Il s'agissait d'abord de bien analyser la situation : pourquoi en est-on arrivé là aujourd'hui ? Répondre à cette question revenait à s'interroger sur ce qu'il faudra faire pour éviter que cela ne recommence : «Après avoir analysé les conséquences de la crise que l'on traverse», explique Jacques Chazalet, «nous devons faire des propositions pour peser sur certaines orientations que l'Europe a abandonnées depuis des années, notamment la protection et la régulation des marchés, ce qui a provoqué les catastrophes que l'on a connues en 2009.»
Les mots protection et régulation sont lâchés. Cependant, ils ont bien été captés par le commissaire européen à l'agriculture, Dacian Ciolos, dont le ton du discours marque une inflexion encourageante. Ne dit-il pas que les revenus des agriculteurs européens doivent être prioritaires par rapport au droit à la concurrence ! Qu'il faut faire évoluer la Pac avec des outils modernes qui permettent de sécuriser ces revenus sans générer les effets pervers des outils précédents ! Que la Pac n'est pas chère ! Etc. C'est nouveau !

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole