Aller au contenu principal

Interview
« Nous devons protéger nos indications géographiques »

Sébastien Ramade, producteur de saint-nectaire AOP à Murat-le-Quaire (63) vient de succéder à Claude Vermot-Desroches à la tête d’OriGIn France, l’organisme qui fédère plus de 85(1) indications géographiques françaises issues de toutes les filières.   

Sébastien Ramade  nouvellement élu président de OriGIn France appelle les ODG à se fédérer pour protéger leurs indications géographiques.

Sébastien Ramade est producteur de Saint-nectaire fermier à Murat-le-Quaire depuis 2007 et a été président de l'Union des producteurs de Saint-nectaire jusqu'en 2020 avant de prendre la tête de l'Interprofession pendant deux ans. Il a été récemment élu président de OriGIn.


Qu'est-ce que OriGIn ?
OriGIn qui signifie organisation pour un réseau international d’indications géographiques, est un organisme non gouvernemental (ONG), sans but lucratif, basé à Genève, qui œuvre à la promotion et la défense des indications géographiques européennes. OriGIn France, pour lequel j’ai été élu, est la filiale française de cette ONG. Elle a été créée en 2010 et fédère aujourd’hui 85 organismes de défense et de gestion (ODG) français dont la totalité des appellations fromagères mais aussi le foie gras, le pruneau d’Agen, l’agneau des prés salés... OriGIn les rassemble autour de la table et crée une force vive pour défendre ces AOP, IGP et IG (indications géographiques), les petites comme les grandes et surtout celles qui ont peu de moyen pour se protéger, s’informer et agir dans la politique nationale, européenne et internationale des appellations.

L’appellation est déjà un gage de protection, pourquoi ont-elles besoin de se défendre encore davantage ?
L’objectif d’OriGIn France est surtout de renforcer la présence des appellations françaises sur la scène européenne. Sur certains sujets soulevés par la Commission Européenne, les organismes de défense et de gestion (ODG) ont à peine 24 heures pour répondre. Hormis les appellations d’envergure telles que le comté AOP, il est très difficile de réagir. Individuellement, ce n’est pas jouable car bien souvent les textes fournis sont en anglais, il faut les faire traduire avant de les analyser... Bref, c’est un vrai casse-tête. Alors qu’ensemble, à 85, nous avons les moyens d’avoir du personnel dédié au suivi de nos sujets car si en France nos appellations n’ont pas à s’inquiéter (sauf dans les cas d’usurpations), en Europe nous n’avons pas tous la même définition de l’AOP, de l’IGP et de l’IG.

C’est-à-dire ?
Pour faire simple, les pays du Sud de l’Europe (France, Italie, Espagne, Portugal...) sont très attachés à nos appellations. Nous considérons qu’elles œuvrent à la conservation de nos patrimoines gastronomiques hyper localisés. C’est d’ailleurs leur essence car derrière nos indications géographiques, il y a davantage qu’un produit alimentaire. Il y a des savoir-faire, un territoire, un aspect culturel... Ce n’est pas délocalisable. À contrario, les pays du Nord de l’Europe (Allemagne, les pays Scandinaves, le Danemark...) perçoivent les appellations comme des marques qui devraient être gérées par une entreprise privée. Justement, il se discute en ce moment même à la Commission Européenne de confier l’examen d’obtention ou de modification des appellations, à une entreprise privée. Les ODG n’auraient alors qu’un rôle mineur dans la gestion de leur propre indication géographique. C’est l’un des nombreux dossiers sur lesquels travaille OriGIn.

En tant que président nouvellement élu, allez-vous poursuivre ces travaux ?
Les poursuivre oui, mais j’espère surtout fédérer encore davantage d’ODG. Plus nous sommes nombreux, plus notre voix porte. Nous devons certes nous préoccuper des dossiers européens mais aussi des problématiques nationales. Nos appellations sont régulièrement usurpées en France. Nous, ODG, nous devons veiller à faire appliquer la loi qui est censée les protéger. Nous devons également nous pencher sur la question de leur pérennité face au changement climatique.

(1) La France compte au total 489 produits sous AOC/AOP en 2022 avec notamment : 102 produits sous AOP agroalimentaires dont 51 produits laitiers ; 363 AOC/AOP viticoles comme ; 17 AOC boissons spiritueuses, 5 cidres et poirés AOC/AOP et 2 AOC forestières.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole