Aller au contenu principal

« Notre Président se dit européen, qu'il le prouve ! »

Régis Rougier, producteur de maïs sur la commune de Joze dans le Puy-de-Dôme et administrateur de AGPM Maïs Semence fait le point sur la situation des cultures

Interview de Régis Rougier, producteur de maïs sur la commune de Joze

Alors que la campagne de production du maïs bat son plein, Régis Rougier, aborde les défis qui se présentent actuellement à l'AGPM à commencer par le plan du gouvernement visant à « sortir de la dépendance aux phytos ».

 

L'observatoire Céré'obs estimait au 23 juin dernier à 74% les surfaces en bonnes à très bonnes conditions au niveau national. Qu'en est-il exactement aux niveaux national et local ?

Régis Rougier : Globalement les maïs du département sont beaux et affichent à ce jour de bons potentiels à l'image des autres maïs continentaux et du nord-ouest de la France. Bien-sûr il y a eu des parcelles sévèrement touchées par les aléas climatiques (inondations, grêle)... Et le potentiel actuel doit être protégé : cette année la pyrale est bien présente au sud comme au nord et les dégâts de taupins et de corbeaux sont fréquents.

Les maïs du sud-ouest connaissent de grandes difficultés cette année car les pluies incessantes ont gravement perturbé les semis qui se sont terminés fin juin.

 

Avec l'interdiction programmée de certains produits comme les néonicotinoïdes ou le glyphosate, comment l'AGPM entend alerter le gouvernement sur les difficultés des maïsiculteurs sur le terrain ?

R.R : Les décisions franco-françaises concernant les phyto sont intolérables et nous ne pouvons accepter toujours davantage de distorsions. La sortie du glyphosate, par exemple est une demande sociétale et, même si elle n'est pas scientifiquement justifiée, nous devons en tenir compte. Mais pas tout seuls et à n'importe quel prix. Que ce soient aux niveaux local ou national, l'AGPM ne cesse de demander aux pouvoirs publics de s'en tenir à la réglementation communautaire. Notre Président se dit européen, qu'il le prouve !

L'interdiction des néonicotinoïdes est une réelle menace pour les maïs du Nord et de l'Ouest qui ont besoin du thiaclopride (Sonido) pour se prémunir d'attaques de mouches. Dans son rapport du 30 mai l'ANSES a clairement identifié cette menace et l'impasse à laquelle les producteurs devraient faire face si aucune dérogation n'était délivrée. C'est ce qui a conduit l'AGPM à demander une dérogation qui sera examinée par trois ministères : Agriculture, Environnement, Santé. L'examen de passage s'avère difficile et il est primordial que notre demande soit relayée par les agriculteurs sur le terrain.

Parallèlement les producteurs de maïs ont toujours été ouverts aux solutions de substitution aux phytos. C'est pourquoi nous nous engageons aux côtés de la FNSEA dans la démarche «Contrat de solutions » ... Mais il faut être clair : les nouvelles solutions nécessitent des investissements et des surcoûts que les maïsiculteurs ne pourront pas supporter seuls même si, à bien des égards, le maïs a déjà une longueur d'avance.

C'est-à-dire ?

R.R : C'est en maïs que le biocontrôle est le plus développé, avec 120 000 ha protégés contre la pyrale via les trichogrammes. Et c'est encore dans les champs de maïs que l'on voit de plus en plus de désherbage mécanique se développer. Ces deux alternatives sont en bonne place dans les techniques identifiées dans le contrat de solutions et il convient de les promouvoir mais sans se priver des autres. Cette année par exemple pas question de désherber mécaniquement des sols détrempés. Et quand la pression pyrale devient trop forte, les trichogrammes ne suffisent pas et la chimie doit pouvoir prendre le relai.

Poursuivre la recherche dans tous les domaines avec l'institut Arvalis, promouvoir les techniques répondant aux aspirations sociétales et défendre les solutions efficaces aptes à préserver la culture, telle est la ligne poursuivie par l'AGPM en matière de phytos.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole