Aller au contenu principal

À nos lecteurs d'aujourd'hui et de demain

Le gouvernement s'est engagé il y a quelques années dans une grande réforme de la gestion des aides à la presse, lesquelles se traduisent pour l'essentiel par des dispositions fiscales (TVA) et une aide à la distribution (poste ou portage). Des études et des rapports ont été réalisés afin de conforter au mieux les décisions à prendre dans le but d'optimiser la gestion des fonds publics. Il y a un an, la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, ministre de tutelle de la presse, annonçait la création d'une nouvelle catégorie de presse dite «de la Connaissance et du savoir», à côté de la presse d'information politique et générale (IPG) déjà existante. Cette nouvelle catégorie de presse devait permettre, entre autres, de distinguer la presse récréative et de loisir des presses scientifiques, médicales, agricoles, juridiques... dont les contenus d'intérêts s'éloignent du divertissement. La presse agricole et rurale était donc directement concernée par la création de cette nouvelle catégorie de presse, qui devait notamment permettre le maintien de tarifs postaux préférentiels.

Sans aucune concertation, ni discussion avec les représentants professionnels des organes de presse concernés, nous avons appris vendredi 17 juin que le projet, pourtant confirmé lors du conseil des ministres du 2 décembre, était purement et simplement abandonné. Officiellement pour des raisons de gestion administrative, réellement pour d'autres motivations moins avouables !

La traduction concrète et immédiate de cette nouvelle position semble être maintenant une progression plus soutenue des tarifs postaux ! Lorsque l'on sait que l'écart des tarifs postaux entre la presse d'information politique et générale et notre type de presse est déjà de plus de 50 % ; que nos tarifs postaux ont progressé de 47 % sur les sept dernières années, dans le but de régler le déficit de la Poste sur le transport presse qui reste, aujourd'hui, toujours dans le rouge ; que les soutiens à la presse sur ce point ne règlent pas les problèmes des titres qui en profitent le plus (IPG), et ne permettent pas non plus de résorber le déficit de la Poste, la récente décision est purement scandaleuse !

Elle résonne comme une provocation à l'égard de notre type de presse.

Pour la production et les services que la profession agricole apporte à notre société, pour le rôle d'information que cette presse agricole assure entre les pouvoirs publics, les attentes de la société et la profession, n'y a t-il pas la place pour un soutien et une reconnaissance à la hauteur des services rendus ? Le lecteur de la presse agricole, presse des territoires par excellence, ne mérite t-il pas la même considération que celui de la presse IPG ?

André Dremaux, Président du Syndicat National de la Presse Agricole, Rurale et Cynégétique

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole