Aller au contenu principal

Nicolas Bardy condamné à verser 8000€ à ses voisins

La cour d’Appel de Limoges invoque des nuisances olfactives liées à des bottes d’enrubannage pour condamner l’éleveur de Lacapelle-Viescamp.

C'est justement cette semaine que le nouveau bâtiment du Gaec doit être mis en service.

Cette fois, c’est fini : dans le cadre du conflit qui l’opposait à ses voisins depuis maintenant dix ans, Nicolas Bardy vient de se voir condamné par la cour d’Appel de Limoges(1) à verser à ces derniers 8 000 € pour des nuisances olfactives qu’auraient générées des bottes d’enrubannage stockées à l’extérieur de son bâtiment traditionnel, en face de la maison du couple de plaignants. Cette décision de justice intervenant en appel de la cour de Cassation (dont le rendu en juin avait été favorable à l’exploitant), l’éleveur de Lacapelle-Viescamp n’a aujourd’hui plus de recours et devra donc s’acquitter de cette somme à laquelle s’ajoutent plus de 5 000 € de frais d’avocat. “Au bout de dix ans de procédure, ce n’est plus de la colère que j’éprouve, je suis tout simplement dépité par cette décision injuste et révoltante”, se désole Nicolas Bardy.

D’autant plus injuste que l’éleveur de bovins et lapins a tout fait pour tenter de minimiser les supposées nuisances de son activité agricole. Ainsi, dans une semaine, ses salers entreront dans le bâtiment neuf qu’il s’est résolu à faire construire à l’extérieur du village de Jallès, les plaignants ayant fait valoir devant la justice le fait que le bâtiment jusqu’alors utilisé par l’éleveur avait une vocation de stockage et non d’étable. “Qu’on soit condamné parce que, le temps que la nouvelle stabulation se fasse, on a continué à utiliser ce bâtiment au lieu de laisser les animaux et les petits veaux dehors l’hiver, à la rigueur, on assumerait. On l’a fait en connaissance de cause sachant qu’on était hors la loi, explique Nicolas. Mais là, on nous reproche des nuisances qu’ils n’ont jamais réussi à faire établir. Le seul élément du dossier sur lequel s’appuie la cour d’Appel c’est un constat d’huissier, un seul en dix ans, lequel avait déclaré avoir senti un peu l’odeur d’enrubannage !” Voilà sur quoi repose aujourd’hui la condamnation du Gaec.

Pas à l’abri de nouvelles plaintes

Au-delà de l’absurdité et de la légèreté du motif de l’accusation retenue, ce qui révolte l’agriculteur, c’est que cette décision de justice pourrait tout à la fois servir de jurisprudence et, surtout, laisse la porte ouverte à d’autres procédures. “Rien n’empêche demain mes voisins de porter à nouveau plainte parce qu’un tracteur démarre trop tôt, que la tronçonneuse fait trop de bruit, tout peut être sujet à nous faire poursuivre de nouveau ! On ne va pas passer notre vie à nous défendre de travailler !”

Amers, Nicolas Bardy et sa mère, associée du Gaec, n’ont d’autres choix que de payer. S’ils peuvent compter sur les 3 300 € récoltés par une cagnotte solidaire Leetchi mise en ligne et toujours ouverte, il va falloir trouver 10 000 € alors même que les cours du broutard comme des vaches sont au plus bas. Tout ça “parce que des gens qui ont du temps et un peu d’argent ont décidé d’empiler les procédures pour nous empêcher de faire notre métier”. Le bon sens paysan - comme l’activité agricole - est décidément mis à rude épreuve.

 

(1) Dans un premier jugement, le tribunal d’Aurillac avait débouté les plaignants, en appel, la cour de Riom avait condamné le Gaec de Jallès à délocaliser son bâtiment sous peine d’une astreinte journalière. Jugement qu’avait infirmé la cour de Cassation qui avait, en juin dernier, donné raison à l’éleveur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole