Aller au contenu principal

Références économiques
Nécessaire adaptation de la Ferme Puydômoise

La bonne tenue économique des exploitations agricoles du Puy-de-Dôme, durant la crise sanitaire 2020-2021, pourrait être impactée dès cette année par la flambée des prix des intrants.

Troupeau de vaches dans un pré

Comme à chaque début d’année, Cerfrance Puy-de-Dôme Avenir présente une photographie de l’activité agricole départementale. Le 18 février, Annabelle Barthélémy, du Service Etudes et Références Cerfrance, et Yannick Berthier, Expert Conseiller  Cerfrance Puy-de-Dôme Avenir, se sont donc prêtés à l’exercice et présenté un état des lieux chiffré de l'agriculture du département sur la campagne 2020-2021.

Stabilité économique

2020-2021 : une période bien évidemment marquée par le contexte pandémique avec pour conséquence une chute de 8% du PIB, « mais des marchés agricoles qui ont su faire preuve de résilience et afficher des résultats économiques stables » explique Annabelle Barthélémy. Ainsi en 5 ans, tous systèmes confondus dans le Puy-de-Dôme, l’EBE a évolué de +3, 7 % , soit un revenu disponible moyen de 22 410 €/UTH équivalent à 1,5 smic. Entre les deux extrêmes, le revenu disponible des grandes cultures industrielles est à 34 282€/UTH vs 17 670€/UTH en bovin allaitant. Seul point commun entre toutes les productions : des taux d’annuités maîtrisés à 42,8% en moyenne, et une santé financière des exploitations « globalement bonne » indique la chargée d’études et de références de Cerfrance. « Sur 5 ans, la trésorerie est en évolution positive et l’endettement se stabilise à 34% , soit une baisse de 5% » souligne-t-elle.
La hausse des prix des intrants, débutée en janvier 2021 et dont la flambée s’est accentuée en septembre octobre derniers (+41% pour les engrais, + 30% pour l’énergie et + 13% pour les aliments animaux), ainsi que la poussée du prix du gaz et les restrictions sur certaines matières comme la potasse, ont également marqué cette campagne. Mais ces évènements haussiers n’ont pas impacté (pour le moment..) les résultats de la ferme puydômoise, « le décalage entre la réalisation des achats et la campagne comptable impactera davantage la période 2022-2023 » concède Annabelle Barthélémy.

Anticiper et s'adapter

Cerfrance Puy-de-Dôme Avenir s’est donc penché sur ce sujet "sensible" lié aux instrants en tentant de mesurer l’impact de la  flambée des prix des intrants sur la campagne en cours. Deux scénarios applicables aux systèmes bovin lait et bovin viande ont été mis en évidence, avec chacun pour finalité proposer des leviers de performance permettant d’avoir un meilleur revenu.
Dans le scénario 1 (Summum), la conjoncture se maintient avec un haut niveau des prix des intrants. Dans le scénario 2 (Ajustement), les exploitants s’adaptent ; ils réduisent leurs achats alimentaires, limitent la fertilisation, achètent sous contrats et gèrent leurs volumes de production. Résultats ?  En système bovin lait, les moins impactés par les contextes de hausse des prix des intrants sont ceux qui intensifient leur production et optimisent leurs charges. Ils obtiennent ainsi une meilleure productivité de la main-d’œuvre, une meilleure efficacité technique, une meilleure autonomie et trésorerie.
En bovin viande, les moins impactés sont ceux dont les systèmes sont orientés 100% herbe et qui aussi maîtrisent leurs charges de production. Cela se traduit alors par une meilleure efficacité technique et une autonomie plus forte. « Mais quel que soit le système, les trésoreries accusent le coup » précise Annabelle Barthélémy.  Dans le scénario Summum, 5% des exploitations décrochent et dans le scénario Ajustement, 1%. « Les exploitants les moins touchés ont des niveaux de trésorerie plus élevés qui leur permet d’affronter un aléa ». Pour Cerfrance Puy-de-Dôme Avenir, le conseil est clair : « face au contexte de hausse des intrants, l’essentiel est de savoir s’adapter. Ainsi, en système 100% herbe, il est nécessaire de travailler ses stockages pour éviter les effets climatiques, et avoir de la trésorerie pour assumer les aléas».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les éleveurs du syndicat Aubrac des Volcans sur le ring confectionné en partenariat avec les élèves du lycée du Breuil-sur-Couze.
L'Aubrac a fait le show au château du Breuil !
La 20ème édition de la compétition départementale Aubrac a rassemblé une centaine d'animaux et attiré plus de 600…
Une équipe de professionnels et de techniciens au complet pour organiser le concours départemental Salers du Puy-de-Dôme version 2022
#salers2022, une belle réussite !
Samedi 27 août, c’était au tour de la commune d’Ardes-sur-Couze d’accueillir le concours départemental Salers et de mettre en…
Le 8 septembre, la coopérative a inauguré son nouveau moulin dans la plaine de Saint-Ignat, en présence de nombreuses personnalités politiques locales.
Limagrain inaugure son nouveau moulin
Limagrain a inauguré son nouveau moulin à blé à Saint-Ignat, après plus de deux ans de travaux et 24 millions d'euros d'…
L’Aubrac présente son fleuron dans le Puy-de-Dôme
Le 10 septembre prochain, le syndicat Aubrac des volcans vous donne rendez-vous au lycée agricole du Breuil-sur-Couze pour le…
De gauche à droite : Gilles Flandin et Damien Bonaimé, respectivement président et directeur de la Safer Auvergne-Rhône-Alpes.
La Safer Auvergne-Rhône-Alpes présente sa feuille de route 2022-2028
À l’occasion de la rentrée 2022, la Safer Auvergne-Rhône-Alpes a présenté sa feuille de route pour les années à venir. Gilles…
Bouteille de lait
Prix du lait : à la recherche de plus de visibilité
La juste rémunération des producteurs de lait est toujours au cœur des combats de la Fédération des producteurs de lait du Puy-de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole