Aller au contenu principal

FOURRAGE
Ne sous-estimez plus la ressource fourragère des prairies humides !

Le Diagnostic Multifonctionnel du Système Fourrager (DIAM) permet aux éleveurs bovins, ovins ou caprins d'optimiser la gestion et la conduite de leurs prairies et tendre encore davantage vers l'autonomie alimentaire.

Géraldine Dupic, conseillère fourrage à la Chambre d'agriculture et Anne Chauvet, éleveuse à Égliseneuve d'Entraigues, ont évalué le potentiel productif des prairies humides qui s'élève à 55 T de MS pour 13,4 ha.

Les projections climatiques prévoient une hausse des températures et une baisse de la pluviométrie. L'ETP (évapotranspiration) devrait augmenter de 10 à 20 mm/mois au printemps et en été, occasionnant des pertes de productions d'herbe de l'ordre de 23%. Ces dernières années ont donné un premier aperçu de ce qui pourrait être la norme dans un avenir proche.
À Égliseneuve d'Entraigues, Anne Chauvet, éleveuse de vaches Salers, n'a pas été épargnées. "Depuis que je suis installée, j'ai dû acheter des fourrages à cause des sécheresses." L'éleveuse a réalisé dernièrement un DIAM (Diagnostic Multifonctionnel du Système Fourrager) pour optimiser davantage la conduite de ses prairies et notamment les parcelles humides jusqu'ici sous exploitées.

"Jusqu'à 55 T de MS "

Avec 100 hectares de prairies permanentes pour une soixantaine de vaches Salers, Anne Chauvet souhaite développer son "autonomie fourragère" et adopter "une gestion des pâtures en cohérence avec les parcelles". Géraldine Dupic, conseillère fourrage à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme a réalisé le DIAM grâce auquel elle a identifié 14 types de prairies différentes sur l'exploitation de l'éleveuse dont 13,4 ha de prairies humides (soit 14% de la SAU). Grâce à une expertise approfondie, appuyée par une bibliographie détaillée éditée par les Chambres d'agriculture et l'INRAe, la conseillère a pu déterminer la productivité de ces prairies humides à " 55 T de MS sur la totalité de la surface ". Cette herbe comblerait à elle seule 13 % des besoins annuels du troupeau.

Un usage délicat

Les résultats du DIAM conduits sur son exploitation confortent Anne Chauvet "je suis rassurée car je sais désormais, de source sûre, que je peux être autonome au niveau fourrager". Cependant, la jeune éleveuse est confrontée au manque de temps et à la difficulté d'application de certaines pratiques. " Il y aurait beaucoup de choses à faire pour atteindre cette autonomie fourragère. Les petites choses simples comme revoir le découpage des parcelles c'est facile à mettre en place mais d'autres pratiques plus complexes me paraissent difficilement réalisables." En effet, la récolte mécanique dans ces zones humides n'est pas impossible mais elle demande une vitesse de travail plus lente. Quant à la pâture, la méthode du "topping", qui consiste à faucher l'herbe et à la laisser sur place pour que les vaches la consomment, semble "offrir de bons résultats" selon Géraldine Dupic mais exige du matériel adapté.
Toute la difficulté de ces prairies humides réside donc dans leur exploitation. Souvent gorgées d'eau, elles sont parfois même quasi impraticables y compris par les animaux. Selon Géraldine Dupic "elles demandent une réflexion et une observation plus poussée pour adapter le nombre d'animaux, la période de pâture..." avant d'ajouter "lors des années sèches, même si les animaux ne mangent pas tout, c'est toujours bon à prendre".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

La construction du projet Urban village, matérialisée ici en rouge, concerne 10 ha sur la plaine de Sarliève.
Projet Urban Village : Préservons l'espace agricole !

Le projet "Urban Village" présenté par la SAS 3J, représentée par Monsieur Jean-Philippe Rey, concerne la création d'un…

Thierry Chirol, président de la FDPL63.
"Le prix est au cœur de notre combat !"
Thierry Chirol, président de la FDPL63.
Marché de producteurs locaux à Aigueperse
A ne pas manquer ! le 25 septembre à Aigueperse
Les Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme organisent, le samedi 25 septembre 2021, un marché de producteurs locaux.
Vaches qui s'abreuvent
Aide à l’abreuvement : c’est le moment d’investir !
Le Conseil régional AuRA prolonge son aide à l’abreuvement des bovins allaitants au pâturage. Vous avez jusqu’au 6 octobre pour…
La foire se veut l’un des temps forts de la rentrée en Auvergne.
Retour de la Foire de Clermont-Cournon du 11 au 19 septembre
Après un an d’absence, la foire internationale de Clermont-Cournon revient à la Grande Halle d’Auvergne du 11 au 19 septembre.  
Sabine Tholoniat produit du lait à proximité de Thiers.
Sabine Tholoniat : " Et à la fin c’est encore le producteur qui trinque… "

Sabine Tholoniat produit du lait bio dans l’est du Puy-de-Dôme qu’elle livre pour partie à Sodiaal. Présidente de la FNSEA63…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole