Aller au contenu principal

Ne pas oublier le contrôle des pulvérisateurs

Obligatoire depuis 2009, le contrôle des pulvérisateurs est valable cinq ans. L’heure est donc au deuxième passage.

Le contrôle des pulvérisateurs est obligatoire depuis 2009 et doit être renouvelé tous les cinq ans.

Inscrit dans les politiques nationales et européennes de réduction des produits phytosanitaires, le contrôle périodique des pulvérisateurs est obligatoire. Les pulvérisateurs à rampe automoteurs, portés ou traînés et les pulvérisateurs pour arbres et arbustes de plus de cinq ans, depuis leur mise en circulation sont concernés. Cette certification est valable pendant cinq ans et, à échéance, doit être renouvelée par un nouveau contrôle du pulvérisateur.

Charles-Henri Layat de la fédération départementale des CUMA du Puy-de-Dôme rappelle les sanctions en vigueur en cas de non-conformité. « Les contrôles phytosanitaires se multiplient dans le département. Si le pulvérisateur n’est pas à jour, l’agriculteur risque une amende de 750€ et une retenue de 1 à 5% de ses aides PAC. Le coût du contrôle d’un pulvérisateur est compris entre 170 et 220€ HT suivant la largeur de la rampe. »

Check-up complet

Le contrôle du pulvérisateur permet de réaliser un véritable bilan de santé du matériel. L’état général de la machine et de l’ensemble des ses composants sont vérifiés. Des mesures de pression et de débit permettent d’évaluer le fonctionnement de l’appareil. Le contrôle a pour principal objectif de s’assurer du bon état de l’outil et qu’il permet une utilisation optimale.

Afin d’éviter toute contre visite, l’agriculteur doit inspecter sa machine et plus particulièrement les points suivants, régulièrement sujets à défauts : les buses, le manomètre, les commandes d’ouverture et de fermeture et les soudures sur la rampe. S’ils sont défectueux, la contre visite pourra être réalisée dans les quatre mois suivant la date du contrôle.

 

A ce jour, quelques entreprises sont agréées dans le département pour réaliser ces révisions. Afin de diminuer les coûts d’interventions, il est recommandé aux agriculteurs d’une même zone de se regrouper pour faire passer ensemble leur matériel au contrôle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole