Aller au contenu principal

Troupeau  laitier
Ne pas hésiter à changer ses habitudes

Suite à la sécheresse de cet été, parfois sur des terres très impactées par les rats taupiers, nourrir les animaux va s’avérer compliqué pour beaucoup d’éleveurs durant l’hiver. Les situations restent hétérogènes et chaque exploitation est un cas unique.  

Le manque de fourrage impacte forcément les élevages

Il convient tout d’abord de réaliser un bilan fourrager très précis. Dans un premier temps, il faut faire l’inventaire des stocks présents sur l’exploitation. Ensuite, il faut, pour chaque catégorie d’animaux, prévoir le nombre d’animaux présents jusqu’à la fin de l’hiver et leurs besoins (vaches laitières, vaches taries, génisses, vaches allaitantes, …). Cela permet de définir si les stocks couvrent les besoins du troupeau pour l’hiver.

Limiter les animaux improductifs

Si le bilan fourrager est négatif, il y a deux possibilités. La première, quand cela est possible, est d’acheter du fourrage. Il faut chercher les opportunités, et comparer des fourrages entre eux en tenant compte de la complémentation en concentré nécessaire pour équilibrer le fourrage. Par exemple, pour nourrir des génisses, on peut comparer le prix du foin et de la paille, en prenant en compte qu’il faudra plus de concentré (entre 1 et 2 kg) dans une ration à base de paille.
La deuxième possibilité peut être de limiter le nombre d’animaux improductifs ou d’anticiper des réformes (les vaches âgées avec peu de lait qui sont encore vides, les vaches avec un taux élevé en cellules depuis plusieurs lactations, …). Ce levier est à utiliser notamment dans les élevages ou des génisses doivent vêler au printemps.
Dans tous les cas, il ne faut pas hésiter à changer ses habitudes de rationnement. Par exemple, dans un élevage ou les génisses sont habituellement élevées au foin, si ce dernier est déficitaire, on peut faire une ration avec de la paille, de l’enrubanné ou de l’ensilage d’herbe si les stocks le permettent. Les fourrages fermentés sont cependant à éviter sur les animaux de moins d’un an. Les fourrages des taries et des vaches laitières peuvent également être changés selon les stocks, tant que la complémentation vient équilibrer la ration.

Concentrés : quel rendement marginal ?

Au manque de fourrage s’ajoute l’explosion du coût des concentrés. Ceux-ci doivent être économisés dans certains cas, comme pour les vaches en fin de lactation (si elles sont en état), ou supprimés comme pour des génisses de plus d’un an alimentées au foin et qui vêleront à 3 ans. Il faut également calculer le rendement marginal des concentrés, qui, pour les vaches en lactation, revient à évaluer principalement le gain de lait apporté par kilo de concentré. Celui-ci diminue avec l’augmentation de la quantité de concentré, c’est-à-dire que plus on met de concentré, moins ce dernier est efficace.
Lors de l’achat du concentré, le choix ne peut pas se faire uniquement en fonction d’une valeur, il faut regarder la composition. Un concentré d’équilibre à 20 de MAT peut être fait à partir d’un mélange mais/blé/soja/colza ou d’un mélange son/tournesol. Le premier sera à plus de 1 UFL quand le deuxième sera à 0,75 UFL.
Pour cet automne, avec peut-être un peu de pâturage, il faut préparer au mieux les vaches taries, et apporter une ration suffisamment riche aux vaches en début de lactations pour ne pas pénaliser la production de cet hiver.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les éleveurs du syndicat Aubrac des Volcans sur le ring confectionné en partenariat avec les élèves du lycée du Breuil-sur-Couze.
L'Aubrac a fait le show au château du Breuil !
La 20ème édition de la compétition départementale Aubrac a rassemblé une centaine d'animaux et attiré plus de 600…
Une équipe de professionnels et de techniciens au complet pour organiser le concours départemental Salers du Puy-de-Dôme version 2022
#salers2022, une belle réussite !
Samedi 27 août, c’était au tour de la commune d’Ardes-sur-Couze d’accueillir le concours départemental Salers et de mettre en…
Le 8 septembre, la coopérative a inauguré son nouveau moulin dans la plaine de Saint-Ignat, en présence de nombreuses personnalités politiques locales.
Limagrain inaugure son nouveau moulin
Limagrain a inauguré son nouveau moulin à blé à Saint-Ignat, après plus de deux ans de travaux et 24 millions d'euros d'…
L’Aubrac présente son fleuron dans le Puy-de-Dôme
Le 10 septembre prochain, le syndicat Aubrac des volcans vous donne rendez-vous au lycée agricole du Breuil-sur-Couze pour le…
De gauche à droite : Gilles Flandin et Damien Bonaimé, respectivement président et directeur de la Safer Auvergne-Rhône-Alpes.
La Safer Auvergne-Rhône-Alpes présente sa feuille de route 2022-2028
À l’occasion de la rentrée 2022, la Safer Auvergne-Rhône-Alpes a présenté sa feuille de route pour les années à venir. Gilles…
Bouteille de lait
Prix du lait : à la recherche de plus de visibilité
La juste rémunération des producteurs de lait est toujours au cœur des combats de la Fédération des producteurs de lait du Puy-de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole