Aller au contenu principal

MontLait se développe sans oublier ses engagements

MontLait développe sa gamme de produits dans la continuité de sa ligne directrice, la valorisation du lait des producteurs et le maintien des activités économiques dans les territoires.

La raclette MontLait sera commercialisée dès cet automne en GMS et sera dégustée pour la 1ère fois le 13 mai à Lyon, lors de la manifestation des JA’Aura.

La marque de producteurs MontLait a fait bien du chemin, depuis son lancement en juillet 2013. Comptant 466 exploitations réparties sur sept départements du Massif central, elle a commercialisé en 2017 près de 7 millions de litres de lait. Cette production, représentant 4,5% du lait engagé par les éleveurs, a été rémunérée à hauteur de 400€/1 000 litres. La volonté première de l’Association des Producteurs de Lait de Montagne (APLM) de valoriser, maintenir et développer la filière laitière en zone en montagne semble sur la bonne voie. Deux nouveaux produits, le lait bouteille et la raclette, viennent renforcer la gamme et les engagements de MontLait.

 

Répondre aux demandes

Depuis le début de l’année, la bouteille MontLait a rejoint la brique dans le rayon des laits de consommation. Toujours embouteillée dans l’usine de Theix, ce nouveau format répond à la demande des consommateurs et des GMS, explique Éric Germain, trésorier de l’association. « Les relations avec les GMS sont faciles dès lors que le produit est pertinent. Aujourd’hui, avec le mouvement de la consommation locale, elles n’hésitent plus à s’engager dans une démarche telle que la nôtre. Le développement de notre gamme permettra de répondre à leurs attentes (produits uniques), à celles des consommateurs et aux nôtres (augmenter le volume de lait commercialisé).»

 

Première raclette rémunératrice

A l’automne, la raclette de montagne sera de troisième produit commercialisé par la marque. Fabriqué à Fournols, dans l’usine de la Société Fromagère du Livradois, ce fromage réunit à lui seul toutes les valeurs et les engagements de Mont Lait. « Le lait est collecté auprès de producteurs déjà dans le circuit de la laiterie. Le Livradois est une zone défavorisée, la fabrication de notre raclette permet à cette petite entreprise d’augmenter son activité et donc de maintenir de l’emploi. À cette heure, nous démarchons les GMS et les négociations se passent très bien. Elles attendaient un produit comme celui-ci : la seule raclette de France à rémunérer ses producteurs !»

Le trésorier ne donne aucune estimation sur les possibles volumes de ventes de ce produit. Il précise cependant, que l’association attend de l’étoffement de sa gamme, une augmentation du litrage utilisé. Les objectifs fixés sont de 10 millions de litres de lait vendus à MontLait en 2018 et 20 millions en 2019. Un pari ambitieux mais qui, encore une fois, ne semble pas hors de portée des producteurs. Avec plus de 500 points de vente (GMS, grossistes, magasins indépendants…) d’ores et déjà engagés auprès de Mont Lait, les nouveaux produits n’auront pas de mal à se faire une place.

D’ailleurs un quatrième, fabriqué cette fois-ci à Auzances dans la Creuse, devrait être lancé début 2019. « Nous développons nos produits aussi en fonction des territoires présents dans notre réseau. Nous voulons, par notre démarche, participer à maintenir l’activité économique en montagne. »

 

La raclette dans le burger !

 

Les Jeunes Agriculteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes vous convient à vivre un dimanche à la campagne, le 13 mai prochain à Lyon. Traite des vaches laitières, moulage des faisselles, cuisson du pain, ou encore dégustation de viande ; autant d’animations ouvrant aux échanges entre agriculteurs et consommateurs. Au menu, un burger à base de produits régionaux avec le pain Jacquet, de la salade du Rhône, de la viande régionale, le tout réhaussé avec la raclette de MontLait. L’occasion pour la marque de pré-lancer son nouveau produit et surtout de se faire connaître au-delà des frontières du Massif central.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.
Une chèvrerie au service de son éleveuse
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole