Aller au contenu principal

Mercosur : l’onde de choc d’un accord imminent

«Si nous savons nous organiser, l’ouverture au monde n’est pas un danger ». La formule aurait pu être séduisante si deux secondes plus tard, le Président n’avait pas habilement fait comprendre à son auditoire, que la signature d’un accord avec le Mercosur était imminente. Incompréhensible pour Bruno Dufayet, président de la FNB qui dénonce ni plus ni moins une trahison : « Je suis sorti de Rungis plein d’espoir, je repars de Saint-Genès-Champanelle abattu. Le chef de l’État nous disait à Rungis qu’il allait demander à Bruxelles de ne pas signer l’accord de libre-échange avec le Mercosur, et aujourd’hui, il vient expliquer aux éleveurs bovins viande qu’il est prêt à signer un accord à hauteur de la ligne rouge fixée par son équipe à 70 000 tonnes ». Sur ce sujet, c’est donc la douche froide. « Venir dire cela au cœur du Massif central, est une véritable provocation que les éleveurs ne laisseront pas passer. Nous exigeons que le gouvernement français se ressaisisse sur cette question. On ne peut pas nous demander de faire toujours mieux, tenir un discours où des prix à la production sont nécessaires, et nous inonder de dizaine de milliers de tonnes de viande produites avec toutes les molécules possibles et imaginables interdites depuis des lustres sur notre territoire », précise Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA. Comble de l’incohérence, selon Bruno Dufayet, le Président a conclu son discours sur l’enjeu climatique : «Alors que le monde de l’élevage bovin viande français a fait la preuve de sa capacité à répondre au défi climatique, Nicolas Hulot lui-même en est convaincu, le Président veut faire rentrer sur notre territoire de la viande produite à grands coups de déforestation de l’Amazonie. C’est n’importe quoi ! ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole