Aller au contenu principal

section bovine
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !

 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l’heure des pendules !

Parmi les nombreux sujets abordés lors de cette réunion de section, la défense du prix a fait figure de proue.


Conjoncture favorable


Le contexte est morose, le renouvellement des générations se traduit plutôt par un abandon du métier et une décapitalisation qui perdure dans les campagnes. Pourtant, les signaux du marché sont positifs et favorables. Voilà de quoi déstabiliser et interroger les éleveurs auxquels la section bovine donne des explications. Le constat est réel, le département du Puy-de-Dôme voit son nombre de vaches allaitantes mais aussi laitières diminuer régulièrement. La dynamique de production semble s’étioler.
Pour autant, la consommation de viande bovine française a augmenté, notamment pendant le confinement. Durant ce dernier, la FNB a réussi à obtenir des données officielles permettant de fournir, toutes les semaines, des indicateurs de marché aux producteurs.


Indicateurs de marché


On retrouve les données d’abattage, facilement exploitables car si on abat c’est qu’il y a des débouchés. Les données d’export vif Italie montrent la tendance globale. La France est dépendante de l’Italie pour l’engraissement de ses broutards mais la réciproque est vraie aussi car la concurrence étrangère (par exemple polonaise) n’est plus. Les italiens achètent toujours autant de broutards, la demande est réelle, les prix sont complètement déconnectés du marché. Bruno Dufayet explique : " Les opérateurs vont vous dire que les ateliers sont pleins, que c’est catastrophique, or si vous acceptez une baisse des prix, comme par hasard, ils vous trouvent de la place ! Beaucoup d’intox circulent, les Italiens valorisent très bien le JB". Les cotations sont reparties à la hausse en Italie. Les responsables syndicaux déplorent l’attitude des grands groupes français d’exportateurs qui ne saisissent pas la situation actuelle pour expliquer aux Italiens qu’il faut impérativement remonter les prix pour que la production française survive. Enfin l’indicateur stocks d’animaux en ferme, et notamment pour les jeunes bovins, permet de démentir les dires des opérateurs sur ces stocks soi-disant très importants. « Une semaine de stock dans une catégorie d’animaux ne représente pas une situation de crise » affirme Bruno Dufayet.


La défense du prix


Les indicateurs de marché sont donc fort utiles pour aider les éleveurs à s’y retrouver, ne pas se laisser convaincre par de faux arguments et défendre le prix de leur production. Au printemps dernier, l’appel à rétention des animaux dans les fermes à permis de tirer les prix vers le haut : de 3.70€/kg entrée abattoir en mars à 4.08€/kg aujourd’hui. L’objectif est de monter au moins à 4.20€/kg entrée abattoir. " On peut déplorer que certains ne jouent pas le jeu comme c’est le cas de l’abattoir de Leclerc " dénonce Bruno Dufayet. " Chacun doit refuser de vendre si ce n’est pas au bon prix. Chacun peut agir à son niveau depuis sa ferme " affirme un éleveur.
L’ordre du jour était chargé pour cette section car il a été également question de nombreux autres sujets qui préoccupent les producteurs.


Vautours


Dans le secteur du Sancy et du Cézallier les vautours ont défrayé la chronique tout l’été tant leur présence nombreuse a perturbé l’équilibre des troupeaux. Un problème supplémentaire à gérer ou plutôt à subir car le vautour est protégé. La position syndicale sur le sujet est sans appel : personne ne veut son installation dans le Puy-de-Dôme. Nicolas Buffay, producteur sur la commune de Mazoires, a été désigné responsable de ce dossier pour la section bovine.


Aide régionale à l’abreuvement


Sous pression syndicale, pour l’élevage allaitant, le Conseil régional a accordé cette année une aide pour créer des installations permettant l’abreuvement des animaux. Les montants ne sont pas encore à la hauteur des besoins, notamment créer des " bassines " pour stocker l’eau au même titre que pour l’irrigation. Cette aide est reconduite en 2021. Comme pour toute aide régionale, il faut être réactif pour monter le dossier car l’enveloppe est restreinte donc premiers arrivés, premiers servis !


Actions de communication


La crise du Covid a freiné bon nombre d’actions de communication organisées avec Interbev. Pour autant, la section va essayer d’être présente sur les foires qui sont maintenues. Elle participe aussi à un partenariat Fnsea – Metro pour valoriser la viande bovine locale et le respect du coût de production.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole