Aller au contenu principal

Maïs semence : les castrations ont débuté et se poursuivent

Les castrations se poursuivent malgré la pluie qui a fait son grand retour.

Les castreurs vont devoir cette semaine passer entre les gouttes pour espérer rester au sec.

Les castrations des maïs semence ont débuté la semaine dernière. Les quelques jours de beaux temps ont permis aux machines et aux castreurs d'entrer dans les champs sans trop de difficultés. Malheureusement, ce répit a été de courte durée puisque les orages ont fait leur retour gorgeant d'eau les sols noirs de la Limagne.

Des terres riches d'eau

Les castrations ont débuté à l'aide de machines ou de saisonniers sur près de 50% des surfaces de maïs semence. L'état d'avancement des travaux dépend essentiellement des conditions climatiques de ces derniers jours comme l'explique Christophe Cautier, président du syndicat des producteurs de maïs semence. «Les quelques jours de chaud ont fait accélérer la croissance des plantes. Certains agriculteurs ont pu passer avec les machines à castrer avant le retour de la pluie le weekend dernier. A contrario, ceux qui n'en ont pas eu le temps vont

devoir castrer 100% de leurs surfaces à la main. Les sols sont désormais beaucoup trop humides pour entrer avec les machines qui risquent de s'enliser. » Des terres gorgées d'eau qui étouffent petit à petit les maïs. L'agriculteur a aperçu des plantes jaunies avec de la pourriture sur les racines. « Chez moi à Saint-Beauzire nous avons eu un cumul de 185 millimètres de pluie depuis le début du mois de juillet. Dans le secteur de Riom, il est tombé jusqu'à 160 millimètres en 36 heures !» Des quantités bien au-delà de ce qui tombe d'ordinaire. Une saison encore une fois déroutante pour les producteurs qui doivent gérer dans le même temps les castrations et les moissons. « Je crois qu'une saison normale ça n'existe plus. Les castrations sont aussi tardives que l'année passée. » Heureusement, les décalages entre pieds mâles et femelles se maintiennent.

De l'eau moins abondante


En Limagne sud, le constat est quelque peu différent. Les cas- trations ont aussi débuté la semaine passée mais les sols plus drainants offrent une fenêtre plus importante pour l'intervention avec les machines. Philippe Roy, agriculteur près de Champeix n'a pas rencontré de difficultés avec la pluie. « Nous avons une semaine d'avance par rapport à 2013. Les chaleurs de la semaine dernière ont accéléré les choses. La pluie du weekend dernier était bienvenue, nous n'avons pas eu besoin d'utiliser l'irrigation. Depuis le début de la saison, nous n'avons eu recours que très rarement à l'arrosage (environ 20 millimètres).» Bien que pour l'agriculteur l'eau soit davantage un souci pour les moissons que pour les castrations, il espère que ce temps arrivera bientôt à son terme. « Castrer sous la pluie avec des jeunes c'est toujours moins agréable que par beau temps. De plus, même si nos terres sont plus drainantes qu'en Limagne nord, il arrivera un moment où elles aussi seront gorgées d'eau.»

MELODIE COMTE

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole