Aller au contenu principal

Culture
Maïs semence : « 92% des objectifs devraient être atteints»

Les récoltes de maïs semence se poursuivent et s'allongent au fil des jours en raison de pluies régulières. Le rendement moyen estimé devrait atteindre 92% des objectifs.

Les récoltes de maïs semence se poursuivent

La récolte des maïs semence a débuté le 2 septembre dernier et se poursuit. En raison de pluies régulières depuis bientôt deux semaines, seulement 65% des surfaces ont été réalisées faisant dire à Régis Rougier, président du syndicat des producteurs de maïs semence : "cette campagne va être longue". L'agriculteur estime qu'elle devrait prendre fin début novembre et laissera cette année encore "un goût d'inachevé et des interrogations sur la production".


"Des rendements décevants"


Les producteurs de maïs semence devraient atteindre cette année "92% des objectifs" fixés par la coopérative. Cette première estimation de rendement est "décevante" selon Régis Rougier qui peine à comprendre les raisons de ce résultat. "Par rapport à 2019, cette nouvelle campagne n'avait rien à voir. Nous n'avons pas eu d'épisodes caniculaires longs et répétitifs. Nous avons eu de l'eau..."
Sur les 6 222 hectares en production, neuf ont été abandonnés en raison de dégats de corvidés. Dix-sept autres hectares ont également été laissés de côté en raison des attaques de taupins et  des inondations. Douze hectares ont été détruits à cause d'une mauvaise fécondation "surprenant les producteurs" qui n'ont "pas eu l'impression d'avoir de gros pics de chaleur". Enfin, neuf hectares supplémentaires ont rencontré des défauts de castration.
D'après l'analyse du président du syndicat, les rendements actuels sont la conséquence directe de l'hiver 2019-2020 exceptionnellement doux et sec. "Les sols étaient extrêmement secs au moment du semis et les planteurs ont dû attendre les premières pluies de début mai pour implanter les maïs. Environ 4 200 hectares de maïs ont été semés entre le 4 et le 12 mai. C’est 8 à 10 jours plus tard qu’une année normale. "
Ce décalage s'est ensuite retrouvé à la castration où la encore les chantiers se sont concentrés sur une très courte période. Les producteurs ont du faire face à des difficultés pour recruter de la main d'oeuvre, accentuées par la crise sanitaire. "Les agriculteurs ont joué le jeu pour appliquer au maximum les gestes barrières. Mais c'était loin d'être évident."


Des récoltes concentrées


Jusqu'à maintenant, les récoltes étaient concentrées. Si "les entrepreneurs ont la capacité techniques de faire face à cette surcharge" ce n'est pas le cas de l'usine. "L'infrastructure est au maximum de ses capacités. Il faudrait un plan de rénovation pour augmenter le débit journalier de l'outil." Régis Rougier est particulièrement attentif à cette question. Le prix de la récolte est en partie basé sur sa qualité. "Plus elle reste en champs alors qu'elle est mûre, plus elle risque de s'egrainer et moins le producteur sera payé." Des producteurs justement "fatigués" par les années décevantes qui se succèdent et une valorisation non révisée depuis quatre ans. "Nos produits bruts de référence n'ont pas été revalorisés alors que nos charges de production ont augmenté. Nous allons devoir remettre ce débat sur la table des négociations cet hiver." 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les JA63 réunis le 2 avril autour de Quentin Baumont et de Jérémy Jallat, vice-président de JA AuRA, venu assister à une partie des travaux de l'assemblée générale.
« Nous devons ramener de la valeur sur nos exploitations »
Encourager la valorisation sur les exploitations était au cœur des échanges de l’assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du…
Carte départementale des zones hydrographiques issue du nouvel arrêté cadre sécheresse qui prévoit 11 zones au lieu de 7.
Le nouvel arrêté cadre sécheresse en détails
Le nouvel arrêté cadre sécheresse pris dans le Puy-de-Dôme redécoupe les zones hydrographiques du territoire et revoit à la…
En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Sébastien Laubanie, président du syndicat Aubrac des Volcans
L'Aubrac progresse encore dans le département
Le 19 mars, le syndicat Aubrac des Volcans tenait son assemblée générale à Sallèdes. L’occasion de faire le point sur l’actualité…
Rat taupier dans un champ
Utilisation de la charrue possible pour le Ratron GW sous conditions !
La DGAL a décidé d’autoriser de façon dérogatoire et sous conditions l’utilisation du Ratron GW sur appât blé, par traitement à…
Quentin Baumont, David Chauve et Sabine Tholoniat chefs d’orchestre de cette mobilisation à Clermont-Ferrand
25 mars : mobilisation massive pour obtenir des prix rémunérateurs et une PAC équilibrée

Quentin Baumont, David Chauve et Sabine Tholoniat chefs d’orchestre de cette mobilisation à Clermont-Ferrand qui restera dans…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole