Aller au contenu principal

interview
« Lutter collectivement contre les campagnols »

Richard Randanne, membre du bureau de la FNSEA63, en charge du dossier campagnols.  

Campagnol terrestre

Quel est le niveau de pullulation du campagnol terrestre dans le Puy-de-Dôme ?
La population du ravageur est en recrudescence dans le département, notamment sur 54 communes situées dans les zones à haut risque des Dômes, Cézallier, Sancy et Artense. Ce regain d’activité ne s’arrête pas à nos frontières, il touche également nos voisins limitrophes, la Loire, la Haute-Loire et le Cantal qui constatent à leur tour de nombreuses prairies dégradées. Cela fait 5 ans que nous n’avions pas été confrontés à un tel taux de reproduction de l’espèce et à des dégâts aussi importants dans certains secteurs. A l’approche du retrait de l’appât blé Super Caïd à la bromadiolone, prévu le 20 décembre 2020, nous avons dès le mois de juillet, communiqué auprès des agriculteurs pour les inciter à faire les stocks nécessaires en perspective de la lutte d’automne. Deux tonnes ont été commandées mais force est de constater aujourd’hui que c’est insuffisant. A l’époque des commandes, on ne se doutait pas que nous serions confrontés à une telle recrudescence !

Quelle est la raison de cette augmentation brutale ?
Plusieurs facteurs expliquent sans doute ce phénomène et parmi eux, le défaut de lutte sur le territoire.  Les agriculteurs du Puy-de-Dôme sont encore peu nombreux à souscrire un contrat de lutte quinquennal contre les campagnols terrestres. Celui-ci permet pourtant une prise en charge par le FMSE(*) de 75% des coûts. Il est fondamental que la surveillance et la lutte soient organisées collectivement sur l’ensemble du département car c’est le seul moyen de minimiser voire stopper le développement exponentiel du ravageur. Et il n’est pas trop tard pour le faire ! Nous devons nous y préparer dès maintenant et à la veille du printemps prochain.

Vous l'avez indiqué, au-delà du 20 décembre 2020, l’utilisation des appâts Super Caïd à la bromadiolone est  interdite. De quelles solutions de remplacement disposent alors les agriculteurs ?
Pour compenser cette disparition, des produits à base de phosphure de zinc ont été homologués et mis sur le marché en France, notamment le Ratron GW ; un appât sur support grain de blé, dont l’efficacité et les résultats prometteurs sont constatés par la FDGDON 63. Comparé à la bromadiolone dont l’efficacité est réduite par le jeu d’interférences biologiques survenant au printemps, le phosphure de zinc se comporte mieux et peut-être appliqué tout au long de l’année.
Le seul frein à son utilisation est la dépose qui ne peut se faire que manuellement à l’aide d’une canne. Sur de grandes parcelles à traiter c’est extrêmement chronophage et totalement décourageant pour les agriculteurs. La profession souhaite donc être autorisée à utiliser la charrue pour appliquer le Ratron GW. Nous nous organisons en ce moment  pour relayer cette demande auprès du ministère et faire en sorte que nous disposions d'un outil moderne et efficace pour endiguer la population et les ravages des campagnols. 

* FMSE : Fonds national agricole de Mutualisation Sanitaire et Environnemental. La FDGDON 63 a en charge la gestion des contrats de lutte et du traitement des demandes d’indemnisation.
Pour tout renseignement, tél au 06 07 61 01 27

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole