Aller au contenu principal

Prévention
Lutter au mieux contre les actes de malveillance

Le vendredi 2 décembre, deux agents du groupement départemental de gendarmerie de Puy-de-Dôme sont intervenus à Chappes lors d’une journée cantonale pour faire le point sur la prévention des actes de malveillance sur les exploitations.  

Ces derniers mois, la gendarmerie constate une hausse des actes de malveillance sur les exploitations du Puy-de-Dôme.

Depuis une trentaine d’années, les exploitations agricoles sont de plus en plus visées par les intrusions, vols et actes de vandalisme. À l’occasion d’une réunion cantonale organisée au Domaine de Châlons, le major Clédat et l’adjudant-chef Hiegel, tous deux issus du service « cellule prévention technique de la malveillance » du groupement départemental de gendarmerie, sont intervenus afin de sensibiliser les agriculteurs présents aux dispositifs et attitudes à adopter face aux atteintes portées à leurs exploitations.

Vague d’actes malveillants

« Statistiquement, on observe une augmentation de ce type d’atteintes » rapporte le major. En effet, depuis quelques mois, une vague d’actes de malveillance inquiète les exploitants de la Limagne : une quinzaine de hangars ont été incendiés et une série de vols de GPS ont été constatés. Si une personne a été appréhendée et mise en garde à vue en ce qui concerne les incendies, les gendarmes mettent  les exploitants en garde sur le phénomène de mimétisme qui risque de suivre ces épisodes. Pour ce qui est de la recrudescence des vols, les intervenants mettent en cause l’action de bandes organisées qui écumeraient actuellement le secteur.

Porter plainte

Les dépôts de plaintes sont nécessaires pour permettre aux gendarmes de chiffrer les actes commis sur un territoire et d'agir en conséquence. « Sans plainte, nous sommes « aveugles » et ne pouvons pas faire remonter ce qui se passe au niveau national et départemental » souligne le major Clédat, « ces données nous permettent d’augmenter le nombre de réservistes et d’axer les patrouilles là où il y en a le plus besoin ».
Pour simplifier cette démarche, il est possible de remplir une pré-plainte en ligne et de fixer un rendez-vous. Un agent peut également se rende sur place, si le plaignant est dans l’incapacité de se déplacer.
Dans le cas où un agent refuserait de recueillir votre plainte, il est possible d’envoyer un courrier au procureur de la république pour demander à ce qu'elle soit prise en compte. À savoir : les mains courantes ne sont pas traçables par les gendarmes et n’auront aucun impact sur les actions menées pour la sécurité du territoire.

Dispositifs de dissuasion

Les agriculteurs présents s’interrogent : « comment réagir lorsque l'on surprend un ou plusieurs intrus malveillants sur notre exploitation ? ». Certains avouent être déjà intervenus afin de faire fuir les intruts mais se sentent impuissants et en danger dans ce genre de situation. « Essayez de ne pas mettre votre responsabilité pénale en jeu pour un vol : vous en aurez pour cinq ans de procédure judiciaire minimum » avertissent les gendarmes.
« Les voleurs attaquent souvent les propriétés les plus faciles à infiltrer » explique le major Clédat, d'où l'intérêt d’agir en amont en installant des dispositifs de dissuasion et d’identification tels que des caméras de surveillance ou de chasse. « Tous les éléments concrets qui alimenteront votre plainte (photos des visages, des plaques d’immatriculation, vidéos) nous aideront à identifier et arrêter plus rapidement les coupables, et permettront d’épargner d’autres agriculteurs » souligne l’adjudant-chef.
Les gendarmes conseillent également d’installer des obstacles aux endroits stratégiques ; des spots lumineux avec détecteur de mouvement…
Pour aider les exploitants à s’équiper au mieux, des gendarmes peuvent se déplacer gratuitement sur les fermes pour conseiller sur les dispositifs de préventions les plus adaptés à chaque situation.
Par ailleurs, une plateforme SMS appelée « Vigi-Agri » sera prochainement mise en place pour faciliter les échanges entre la gendarmerie et les exploitations agricoles du département.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole